Laetitia Zimmermann, directrice de l’UNPI Lorraine

La créatrice de liens

Directrice de l’UNPI (Union nationale des propriétaires immobiliers) Lorraine, elle ne l’aurait sans doute pas envisagé il y a encore quelques années. À la tête de cette association de 3 000 adhérents et d’une équipe 100 % féminine de cinq personnes, Laetitia Zimmermann affiche une fibre managériale quasi naturelle loin des managers formatés aux dernières tendances […]

1598
Entrée à l’UNPI Lorraine en 2010, Laetitia Zimmermann en est aujourd’hui la directrice.

Directrice de l’UNPI (Union nationale des propriétaires immobiliers) Lorraine, elle ne l’aurait sans doute pas envisagé il y a encore quelques années. À la tête de cette association de 3 000 adhérents et d’une équipe 100 % féminine de cinq personnes, Laetitia Zimmermann affiche une fibre managériale quasi naturelle loin des managers formatés aux dernières tendances en la matière. Écoute, partage, prise de décision concertée avec une grande dose d’humanisme, une manageuse comme on aimerait en voir plus souvent.

Elle accueille avec un grand sourire naturel et sincère sans omettre de présenter lors du cheminement vers son bureau l’ensemble de ses collaboratrices. Signe avant-coureur d’une personnalité avenante pour qui le management collaboratif n’est pas qu’une vision de l’esprit, un simple effet de mode histoire de briller dans l’écosystème entrepreneurial. Laetitia Zimmermann est la directrice de l’UNPI Lorraine. Directrice, un terme qu’elle semble commencer à appréhender voire accepter. «Je viens juste de recevoir mes nouvelles cartes de visite», assure celle qui il y a encore quelques semaines portée le qualificatif de responsable. Directrice, responsable peu importe la dénomination même si elle avoue «que cela apporte un gage de crédibilité vis-à-vis de l’extérieur»… et tout de même un peu à l’intérieur. Rien ne semblait pousser cette jeune manageuse à occuper une telle fonction. Diplômée de deux licences (en science du langage et documentation) obtenues à l’Université de Metz (elle est originaire de Saint-Avold), Laetitia Zimmermann débute dans les rangs de la grande maison de l’Éducation nationale comme contractuelle où elle assure notamment des cours de français. «Le fait d’y avoir travaillé m’a permis d’avoir un autre regard sur le collectif.» On est loin de l’image stéréotypée et formatée du manager biberonné aux concepts, méthodes et autres formules magiques permettant de mieux gérer l’humain. Laetitia Zimmermann a toujours eu la fibre managériale en elle et c’est au sein de l’UNPI Lorraine qu’elle s’est réellement révélée. «Tout s’est fait naturellement.» Elle quitte la Moselle, pour suivre son compagnon chez la voisine meurthe-et-mosellane et entre à l’UNPI en 2010 comme assistante du directeur de l’époque. «Je venais de devenir jeune propriétaire-bailleur, cela m’a aidé à comprendre réellement ce que pouvait et à quoi devait servir une association comme la nôtre.»

Une communauté à écouter

Défendre les propriétaires, les aider, les conseiller, et surtout batailler farouchement pour redorer leur image et faire tomber les a priori toujours tenaces «du méchant propriétaire face aux pauvres locataires. La majorité de nos adhérents voient dans l’immobilier un complément de revenus pour notamment améliorer leur retraite. Nous sommes loin des propriétaires spéculateurs.» Des adhérents, l’UNPI Lorraine en compte 3 000, «une communauté à laquelle nous nous devons d’être à l’écoute car beaucoup sont tout simplement perdus face à l’évolution de la législation qui les étouffe littéralement aujourd’hui. Être propriétaire, c’est un véritable métier !» Mise en place de réunions thématiques dans les locaux de l’union au 12, place Carnot, développement de nouveaux services, de partenariats, intensification de la communication, Laetitia Zimmermann met tout en place au fil du temps passé. Au départ du directeur, elle devient alors, presque subitement, responsable de l’UNPI régionale. Une phase de restructuration s’engage. «La créatrice de liens» comme elle se définit, n’impose rien mais «écoute, partage, clarifie, détecte» les besoins de chacune de ses collaboratrices (deux juristes, une secrétaire-comptable, une hôtesse d’accueil à mi-temps) et des bénévoles présents au sein de l’association. Une équipe 100 % féminine, «j’en dégage une certaine fierté, on dit souvent qu’il est difficile de travailler qu’avec des femmes», plaisante celle qui a su redonner une confiance en bâtissant, pierre par pierre, une osmose, une synergie de compétences vers un objectif commun «celui de faire rayonner l’UNPI  aussi bien en interne qu’en externe.» De vraies paroles de manager pour la directrice qui assure «au fil des années, avoir pris confiance en moi et mêtre forgée au fil du temps», tout en se découvrant une capacité «à prendre rapidement les bonnes décisions.» Des décisions, elle en aura encore bon nombre à prendre au sein de cette structure «où elle s’épanouit pleinement et en toute simplicité.» L’UNPI Lorraine semble belle et bien être dans de bonnes mains.