Association des Jeunes agriculteurs de la Meuse

Lancement d’un site de commerce en ligne de viandes bovines

Après deux ans d’intenses réflexions et de travail, l’association des Jeunes agriculteurs de la Meuse a décidé d’officialiser le lancement de son site internet de vente de viandes bovines lors de la foire expo de Verdun qui se déroulera du 13 au 17 septembre prochains.   Comment devenir des producteurs acteurs de sa filière ? C’est […]

337

Après deux ans d’intenses réflexions et de travail, l’association des Jeunes agriculteurs de la Meuse a décidé d’officialiser le lancement de son site internet de vente de viandes bovines lors de la foire expo de Verdun qui se déroulera du 13 au 17 septembre prochains.

 

Comment devenir des producteurs acteurs de sa filière ? C’est à cette épineuse question que l’association des Jeunes agriculteurs de la Meuse a voulu répondre en créant son projet «Label fermier». «L’objectif du site de commerce en ligne est de mettre en relation directe les producteurs, les abattoirs, les ateliers de découpe ainsi que les consommateurs. Concrètement, il s’agit d’une interface qui a le mérite de promouvoir un circuit court et local dans lequel est valorisé les productions et un certain savoir-faire» explique Thomas Périn, ancien président des JA de la Meuse et présent activement depuis la genèse. Pour matérialiser cet ambitieux projet, les jeunes agriculteurs souhaitent créer une entreprise coopérative. «Trois collèges seront ainsi créés, de producteurs, d’organisations professionnelles et de consommateurs. Un droit d’entrée sera payé par chaque adhérent et les bénéfices seront redistribués entre eux à la fin de l’année» précise-t-il.

 

Relation gagnant-gagnant

 

Au lieu d’acheter uniquement les morceaux nobles, les consommateurs devront les prendre en gros afin d’éviter le gâchis alimentaire. «Via le site, seront vendus des huitièmes, des quarts, des demies bêtes en caissettes avec un prix d’achat au kilo inférieur à ce que les consommateurs peuvent trouver en supermarché, soit 10 à 12 euros le kilo tous morceaux confondus.» explique Thomas Périn. Tout en ajoutant que «cette grille tarifaire a été sciemment déterminée afin que le producteur puisse vivre de sa production.» Aujourd’hui, l’association finalise son projet en cherchant les premiers coopérateurs et va très prochainement lancer une campagne de communication via les réseaux sociaux ou encore dans les foires et salons.