Nouveau modèle économique en Grand Est

Dans sa huitième note de conjoncture (parue fin avril), le Conseil économique, social  et environnemental régional (CESER) Grand Est pointe du doigt une évolution du modèle économique, notamment dans le secteur industriel, induisant une structure nouvelle de l’emploi. Un nouveau monde…  Force est de constater que l’écosystème économique et social est en mouvement ! Celui que […]

386

Dans sa huitième note de conjoncture (parue fin avril), le Conseil économique, social  et environnemental régional (CESER) Grand Est pointe du doigt une évolution du modèle économique, notamment dans le secteur industriel, induisant une structure nouvelle de l’emploi. Un nouveau monde…

 Force est de constater que l’écosystème économique et social est en mouvement ! Celui que certains appellent le «vieux monde» semble s’éteindre pour laisser place à ce fameux «nouveau monde» tant vanté par d’autres mais qui, il y a encore quelques temps, n’était pas réellement perceptible ! La lecture de la dernière note conjoncturelle du CESER Grand Est confirme cette évolution en marche. Indicateur de taille de ce profond changement : le secteur industriel.

Nouvelle structuration de l’emploi

«L’industrie, malgré une orientation favorable (haut niveau de commande et gestion adaptée des stocks), enregistre une sensible baisse de l’utilisation estimée de ses capacités de production. Cette situation contrastée, conjuguant baisse de l’emploi salarié et recours massif à l’intérim, pourrait suggérer, certes des métiers en tension, mais aussi vraisemblablement une évolution du modèle économique induisant une structuration nouvelle de l’emploi», analysent les socioprofessionnels du CESER. Ce recours massif à l’intérim et de l’accès à l’emploi, n’est pas le seul fait de l’industrie. Le commerce, le BTP et les services sont également concernés par cette tendance qui semble se renforcer au fil des mois. «Le secteur de l’intérim représente aujourd’hui dans le Grand Est plus de 74 000 travailleurs soit une hausse de 14 % sur un an, dont un sur deux est employé dans l’industrie.» Reste à savoir ce recours à l’intérim et à d’autres formes d’emploi (indépendant notamment) ne va pas tout simplement devenir la norme demain…