Commerce – Nancy : Une nouvelle page s’écrit collectivement…

Des enseignes annoncées, notamment dans des anciens grands ensembles emblématiques de la ville à l’image de l’immeuble Vaxelaire de la rue Saint-Dizier ou encore l’îlot dit Maginot ayant Darty accueilli pendant des années, en passant par des campagnes d’affichage pour expliquer les futurs projets commerciaux. Les différents acteurs du développement du commerce à Nancy abattent […]

459

Des enseignes annoncées, notamment dans des anciens grands ensembles emblématiques de la ville à l’image de l’immeuble Vaxelaire de la rue Saint-Dizier ou encore l’îlot dit Maginot ayant Darty accueilli pendant des années, en passant par des campagnes d’affichage pour expliquer les futurs projets commerciaux. Les différents acteurs du développement du commerce à Nancy abattent la carte du collectif pour avancer. Démonstration à l’occasion d’un bilan le 16 juillet sur la terrasse de l’Office du Commerce place Maginot.

  «Nous parlons aujourd’hui d’un ton nouveau au niveau du développement économique et notamment celui du commerce. L’ère est aujourd’hui au collectif !» Jean-François Husson, le président de l’agence de développement Scalen surfe sur la vague Champion du monde en ce lundi 16 juillet sur la terrasse de l’Office du Commerce place Maginot à Nancy. À ses côtés, Sylvie Petiot, première adjointe de la ville de Nancy déléguée à l’économie et au commerce et Sébastien Duchowicz, le président des Vitrines de Nancy affichent cette même volonté de mettre en avant «ce travail collectif mettant en action les différents organismes, structures, compétences pour aboutir à mener à bien des projets d’implantations commerciales dans le centre-ville de Nancy», comme l’assure Sylvie Petiot. L’occasion d’afficher le bilan, depuis 2014, «avec près de deux cents ouvertures de commerces sur la ville.» Quid des fermetures ? «Naturellement tout n’est pas parfait mais aujourd’hui nous mettons tout en œuvre pour répondre aux besoins des potentiels investisseurs commerciaux.» Exemple typique mis en avant, l’ensemble commercial dit : «Boutiques Foch» sur l’îlot Maginot ayant accueilli Darty pendant de nombreuses années. «Depuis 2016, nous avons mené des actions de prospection très actives dans les différents salons professionnels en collaboration avec la Métropole du Grand Nancy et la ville de Nancy mais également avec les commercialisateurs. Ce travail collaboratif a permis d’attirer trois enseignes qui s’implanteront à l’automne prochain», explique-t-on à l’agence Scalen. Vapiano (restaurant de spécialités italiennes affichant quinze établissements dans l’Hexagone dont un à Metz), Søstrene Grene (enseigne de design danoise) et Feel Sport (enseigne nationale de clubs de sport) devraient donc prendre possession de leurs locaux d’ici deux mois. Même action collective menée autour du fameux immeuble Vaxelaire de la rue Saint-Dizier.

Nouvelle phase de prospection pour Vaxelaire

«C’est un immeuble au décor exceptionnel de style Art Nouveau où une verrière de plus de 200 m² totalement occultée depuis quarante ans vient d’être remise à jour. De nombreuses enseignes ont marqué leur intérêt. Une nouvelle phase de prospection vient d’être lancée avec un mandat du propriétaire à la vente en plus du mandat de location initial. À l’heure actuelle, il est impossible de donner des noms même si les choses avancent bien. Dans ce secteur de l’immobilier commercial, le temps est long et rien n’est jamais acquis, donc prudence», assure un commercialisateur de la place nancéienne. Le commerce nancéien bouge, mute, «avec ces programmes, nous sommes aujourd’hui dans une nouvelle ère, une nouvelle page du commerce nancéien est en train de s’écrire.» À leur niveau, l’enseigne de design Flyer Tiger (annoncée rue Notre-Dame à la rentrée), la Comtesse du Barry (qui revient du côté de la rue des Dominicains avec ses produits du terroir) ou encore la réouverture de l’enseigne Cousins & Cousines (commerce indépendant de chaussures et vêtements pour enfants – réouverture prévue fin août rue du Pont Mouja) participent à cette nouvelle ère en marche aussi bien dans la méthode de travail (collectif, on l’aura compris) que la typologie des enseignes.