Des étudiants mais pas que…

La session 2018 des Cours d’été pour étudiants étrangers de Nancy (organisés par l’association éponyme de la faculté de Droit de Nancy) vient de fermer ses portes le 27 juillet. Pendant près d’un mois, 120 élèves en provenance des quatre coins du globe ont pu se perfectionner dans la langue de Molière tout en s’imprégnant […]

364

La session 2018 des Cours d’été pour étudiants étrangers de Nancy (organisés par l’association éponyme de la faculté de Droit de Nancy) vient de fermer ses portes le 27 juillet. Pendant près d’un mois, 120 élèves en provenance des quatre coins du globe ont pu se perfectionner dans la langue de Molière tout en s’imprégnant de la culture nationale, notamment dans le domaine des affaires.

 «Quand il me prend dans ses bras, il me parle tout bas, je vois la vie en rose !» Le refrain de la célèbre chanson d’Édith Piaf est entonné (timidement) dans une salle de cours de la faculté de Droit en cette matinée du 23 juillet. Pas de potaches en Droit en vue mais une poignée de participants aux Cours d’été pour étudiants étrangers de Nancy (qui viennent de s’achever le 27 juillet) en pleine découverte de la pratique de la langue française. Organisé par l’association éponyme de la faculté de Droit nancéienne depuis quasiment toujours (la première session a eu lieu en 1930), cet incontournable rendez-vous n’a cessé de monter en puissance grâce notamment aux différents partenariats tissés entre l’Université de Lorraine et ses consœurs étrangères.

Chinois bien présents

Il s’est surtout ouvert à d’autres publics que des étudiants. «Sur les 120 participants que nous avons cette année, 70 % viennent à titre individuel», assure Gilles Losseroy, le directeur de ces Cours d’été et maître de conférences à l’Université de Lorraine. Russie, Indonésie, Brésil, Chine, ils viennent des quatre coins du globe et pas seulement pour apprendre le français. «Nous avons eu cette année une grande proportion de Chinois. Bon nombre sont des professionnels qui viennent se perfectionner en français. L’ouverture récente des marchés africains à la Chine y est pour beaucoup !» Les Cours d’été, ce n’est pas que pour les étudiants…