Sandrine Colnat de Dom&Vie: L’accompagnatrice…

Directrice de l’agence Dom&Vie pour le Grand Est à Maxéville, Sandrine Colnat affirme aujourd’hui toute sa palette de compétences professionnelles et surtout humaines au service de l’aménagement pour l’habitat des seniors et des personnes à mobilité réduite (PMR) et également à l’adaptation des locaux professionnels. Ancienne pilote d’un studio photo familial à Dombasle-sur-Meurthe en passant […]

630
«Si vous n’avez pas l’empathie par rapport aux personnes, que votre action se limite à un aspect purement commercial, cela ne sert à rien.», assure Sandrine Colnat de Dom&Vie.

Directrice de l’agence Dom&Vie pour le Grand Est à Maxéville, Sandrine Colnat affirme aujourd’hui toute sa palette de compétences professionnelles et surtout humaines au service de l’aménagement pour l’habitat des seniors et des personnes à mobilité réduite (PMR) et également à l’adaptation des locaux professionnels. Ancienne pilote d’un studio photo familial à Dombasle-sur-Meurthe en passant par l’immobilier au cœur de la capitale et plus de cinq ans au sein de l’Adapa (Association départementale d’aide aux personnes âgées) de Meurthe-et-Moselle, la quadragénaire n’effectue pas un énième nouveau départ mais juste une continuation presque logique, un genre d’aboutissement comme si tout était écrit…

 Elle fait savamment défiler des phases du projet d’un studio destiné aux personnes âgées ou aux personnes à mobilité réduite (PMR) sur l’écran de son ordinateur portable. Elle s’arrête à chaque détail expliquant point par point l’intérêt des différents composants en mettant à chaque fois la personne, l’humain au centre de tout, au cœur du concept. «Si vous n’avez pas l’empathie par rapport aux situations que peuvent vivre ces personnes, que votre action se limite à un aspect purement commercial, cela ne sert à rien. C’est perdu d’avance.» La belle quarantaine, Sandrine Colnat, pilote de la franchise Dom&Vie pour le Grand Est (un réseau national de proximité spécialisé dans l’aménagement pour l’habitat des seniors, des personnes dépendantes et l’adaptation des locaux professionnels aux normes en vigueur), est installée depuis le début de l’année au cœur du Pôle entrepreneurial d’Alexis sur le site Saint-Jacques à Maxéville. «Il est devenu urgent, indispensable de prendre en compte réellement cette notion de maintien à domicile et surtout d’apporter de réelles solutions pour y parvenir aux personnes âgées et aux personnes dépendantes en général», assure celle qui a été pendant plusieurs années responsable de secteur au sein de l’Adapa (Association départementale d’aide aux personnes âgées) de Meurthe-et-Moselle.


De la photo en passant par l’immo

 

«C’est là que j’ai appris à renforcer mes compétences en matière de management d’équipe.» Des équipes, elle en gère aujourd’hui quotidiennement. Des artisans et des entreprises locales de BTP, des fournisseurs, travaillant sur les différents chantiers qu’elle réalise mais également avec des professionnels de santé comme les ergothérapeutes. «Je suis une coordinatrice d’équipe, j’ai d’ailleurs suivi une formation BTP pour être chef d’équipe.» Chef d’équipe, conceptrice, agenceuse, décoratrice mais également accompagnatrice en matière de recherche de financement et de subventions pour ses clients. «L’univers qui entoure les personnes âgées est souvent très délicat à appréhender pour elle. Il existe des aides mais il faut monter les dossiers, bien connaître les rouages. Je suis également là pour cela.» Des multiples compétences acquises au fil de sa vie et de son parcours professionnel. Pendant dix ans, elle reprend le studio photo familial situé à Dombasle-sur-Meurthe avant de faire un virage à 180° dans l’univers de l’immobilier à Paris. La vie faisant, retour aux sources et aux racines où elle prend notamment le chemin de l’Adapa de Meurthe-et-Moselle. «En parallèle, j’avais déjà mon projet en tête et mon concept pour apporter réellement une offre adaptée.» Les opportunités, les bonnes rencontres font le reste. Après avoir été accompagnée par Alexis dans le montage de son projet entrepreneurial, elle ouvre son agence en janvier dernier. Pas encore une année d’existence mais les premiers chantiers commencent à s’afficher au compteur. Acteur de la silver économie, elle l’est assurément mais avec cette approche d’accompagnement aussi bien pour les personnes âgées que pour les aidants familiaux, «qui sont parfois un peu oublié dans l’affaire». Sandrine Colnat y voit naturellement un marché mais surtout une urgence sociétale. «Avoir toutes les solutions techniques et les plus grandes évolutions technologiques (à l’image de la domotique) sont nécessaires. Mais l’important est de coordonner, d’orchestrer leur mise en œuvre pour répondre réellement aux besoins des personnes concernées. Et cela seul un véritable accompagnement et une réelle écoute peut y parvenir.» L’humain avant tout et c’est ce qui fait toute la différence. Sa structure, c’est beaucoup d’elle-même ! «C’est un genre d’aboutissement !» Certainement…