La Camaraderie : Petits dîners entre ami(e)s !

De Maître Bœuf il ne reste plus rien. Le restaurant de la rue Stanislas a laissé place à La Camaraderie, une table où il fait bon vivre et bien manger grâce aux assiettes multi-couleurs savamment concoctées par le chef. Kader et sa compagne Anne-Florence espèrent bien en faire le lieu incontournable de cette rue gourmande […]

628
L’ancienne décoration a laissé la place à une ambiance plus actuelle avec des bois clairs et des tissus chamarrés.

De Maître Bœuf il ne reste plus rien. Le restaurant de la rue Stanislas a laissé place à La Camaraderie, une table où il fait bon vivre et bien manger grâce aux assiettes multi-couleurs savamment concoctées par le chef. Kader et sa compagne Anne-Florence espèrent bien en faire le lieu incontournable de cette rue gourmande bis.

 

Voilà un restaurant qui porte bien son nom ! La porte à peine poussée, il règne comme une bonne ambiance de camaraderie. Serveurs, cuistots, patrons donnent l’impression de travailler en parfaite osmose. Kader Cissé et sa compagne Anne-Florence sont les derniers arrivés de cette partie de la rue Stanislas, là où les voitures laissent place aux tables et aux chaises des restaurants de plus en plus nombreux. S’ils ont accepté de relever le défi et de reprendre Maître Bœuf, c’est qu’ils connaissaient bien l’endroit. Kader y a en effet travaillé quelques temps lorsqu’il était chef au Capri (l’un des piliers de la rue) pour dépanner les propriétaires.

Du passé faisons table rase

Ce qui frappe le visiteur en entrant, c’est la profondeur des lieux ! La salle ne semble pas avoir de fin. Kader et Anne Florence en ont conscience et décide de faire appel à un architecte d’intérieur pour faire de cet handicap un atout. Les travaux de rénovation durent six semaines. Si le sacrifice est important pour Kader et sa compagne, le résultat est bluffant. La longue pièce est séparée en trois espaces : deux salles de restaurant aux teintes claires de part et d’autre et au milieu le bar entièrement noir, du sol au plafond. La décoration des salles de restauration fait la part belle aux couleurs pastel et aux matériaux recyclables. Le tout est rehaussé d’imprimés africains pour rappeler les origines sénégalaises du chef.

Cuisine mixte aux saveurs épicées

Kader et Anne-Florence ont d’ailleurs envie de mettre leur mixité au menu. Si le chef a appris la cuisine en France il n’en a pas oublié les plats de son enfance.  «J’aime faire des mélanges. Travailler le canard comme on peut le faire ici en y ajoutant une purée de patates douces par exemple» explique Kader. La carte est une invitation à la découverte et la présentation des plats finit de nous mettre l’eau à la bouche. Les plus audacieux iront vers les gambas sautées aux épices et au gingembre ou vers le tartare de daurade et saint-jacques marinées à l’huile de vanille quand les plus classiques se laisseront tenter par le bœuf Angus au foie gras. Que dire des desserts, tout autant appétissants, qui vont de la légère assiette de fruits exotiques à la surprenante sphère au chocolat épicé. Kader a également prévu des menus du jour et des salades bien agréables en ces fortes chaleurs. Du côté des boissons, là encore le chef et Anne-Florence ont pris le temps de construire une carte petit à petit avec les conseils de professionnels et proposent aujourd’hui des vins issus de petits domaines, au verre ou à la bouteille, mais toujours à consommer avec modération !