La sécurité prend de la hauteur

Le travail en hauteur est l’un des éléments majeurs de l’activité dans les métiers du bâtiment. Cela représente un accident du travail sur cinq. La CAPEB, l’Institut de recherche et d’innovation sur la santé et la sécurité au travail et Layher, acteur incontournable dans la commercialisation, la location et l’ingénierie d’échafaudage, ont reconduit cet été […]

393
Miser sur la prévention des risques.

Le travail en hauteur est l’un des éléments majeurs de l’activité dans les métiers du bâtiment. Cela représente un accident du travail sur cinq. La CAPEB, l’Institut de recherche et d’innovation sur la santé et la sécurité au travail et Layher, acteur incontournable dans la commercialisation, la location et l’ingénierie d’échafaudage, ont reconduit cet été un partenariat visant à améliorer les conditions d’exécution de chantiers des artisans et de leurs salariés.

 50 % des entreprises artisanales du bâtiment utilisent au quotidien des échafaudages et les chutes en hauteur pèsent 17 % des accidents de travail. Ce double axone a amené la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment, l’RIS-ST – le pôle d’innovation santé et sécurité de l’artisanat du bâtiment – et le groupe Layher, implanté en France depuis 38 ans, à renouveler leur coopération. L’objectif est clairement affiché : densifier les actions de prévention des risques afin de mieux accompagner les chefs d’entreprise.

Des actions concrètes

Cela passera par des tests renforcés de matériel, une assistance téléphonique dédiée sur les chantiers, un accompagnement dans l’installation des échafaudages lors des livraisons. Lettres d’informations thématiques et mémos sécurité déclinés par activité professionnelle, supports de sensibilisation seront proposés aux entreprises. Les artisans pourront eux-mêmes tester du matériel, dans cette recherche de sécurité et d’ergonomie. L’observatoire de la CAPEB révélait que la seconde formation de prévention la plus suivie par les artisans était celle sur le travail en hauteur. Pour les entreprises, cela a aussi un enjeu économique. Une démarche en amont et une bonne adéquation des méthodes de travail permet de réduire le coût du poste échafaudage tout en assurant la sécurité des poseurs et des utilisateurs.