André Rossinot : «La société métropolitaine est en marche»

Le projet métropolitain naturellement, mais aussi l’A31, les dessertes TGV en passant par le CHU ou encore l’écosystème d’innovation, André Rossinot, le président de la Métropole du Grand Nancy a fait le point le 10 septembre dans l’ancien site Alstom rue Oberlin à Nancy. Tout un symbole pour «la société métropolitaine aujourd’hui en marche», comme […]

André Rossinot, le président de la Métropole du Grand Nancy, a choisi l’ancien site Alstom, le 10 septembre, pour faire un point sur les dossiers du moment.

Le projet métropolitain naturellement, mais aussi l’A31, les dessertes TGV en passant par le CHU ou encore l’écosystème d’innovation, André Rossinot, le président de la Métropole du Grand Nancy a fait le point le 10 septembre dans l’ancien site Alstom rue Oberlin à Nancy. Tout un symbole pour «la société métropolitaine aujourd’hui en marche», comme l’assure le président métropolitain grand nancéien. Une société qui se doit surtout «d’être ouverte.»

 Choisir l’ancien site Alstom à Nancy pour faire son temps d’échange de rentrée avec la presse locale, pas un hasard pour André Rossinot, le président de la Métropole du Grand Nancy. «Ce site est l’exemple de la réflexion sur le devenir du patrimoine industriel. Un appel à idées et à projets sera prochainement lancé sur l’avenir du site.» L’avenir est déjà palpable avec la présence dans une partie du site de l’entreprise nancéienne Netlooks (opticien piloté par Pierre Andrieu qui inaugure officiellement ses locaux ce 17 septembre). Bon endroit au passé glorieux et à l’avenir sans aucun doute du même acabit (on l’espère) pour faire le point sur les dossiers chauds de la rentrée. Extraits et prises de position.

Métropole et projet métropolitain

«La société métropolitaine est aujourd’hui en marche ! La Métropole est comme une entreprise, nous faisons société avec nos agents, les habitants et l’ensemble des acteurs de territoires aussi bien les acteurs économiques et sociaux», assure le président de la Métropole du Grand Nancy. Le 21 septembre, le projet métropolitain sera soumis à l’adoption en conseil métropolitain. «En octobre, nous lancerons une vaste campagne de communication au niveau national. Il fallait attendre que l’ours métropolitain grandisse avant de le faire réellement connaître. Tout cela tombe directement en lien avec nos soixante ans d’intercommunalité l’an prochain (…) L’avenir aujourd’hui n’est plus lié au périmètre des intercommunalités mais sur les projets intercommunaux, le tout dans une logique de solidarité entre les territoires.»

Innovation et développement économique

«Le Technopôle Henri Poincaré est aujourd’hui le moteur de l’écosystème de l’innovation. Mais l’innovation ne se limite pas à ce périmètre. Nous agissons sur l’ensemble de l’agglomération nancéienne et au-delà car la Métropole du Grand Nancy va encore grandir en importance.»

Le CHU de Brabois

Dossier chaud du moment avec les regroupements des différents services hospitaliers sur le site du technopôle de Brabois. En octobre, le CHU va faire l’objet  d’une réunion publique. Le tout additionné à une situation financière plus que délicate, pour certains il est en quasi-faillite. Une nouvelle inspection de l’IGAS (Inspection générale des affaires sociales) est de nouveau annoncée, elle devrait avoir lieu dans les prochains jours (cela sera la quatrième en cinq ans). Le CHU est toujours en attente pour l’obtention des aides du Copermo (Comité interministériel de performance et de modernisation de l’offre de soins). «L’État est de nouveau dans une notion de gagner du temps ! On nous a annoncé qu’il pourrait repousser sa décision à avril 2019. Mais à force de tirer sur la corde…» met en garde le président de la Métropole du Grand Nancy. «Sur ce point, les rapports avec l’État sont loin d’être faciles.»

 Les dessertes TGV

L’aiguillage risque d’être épineux ! Depuis l’annonce par la SNCF de sa volonté, à partir de 2019, de réorganiser les dessertes des TGV Sud Est, la mobilisation est générale de la part des élus du Grand Est. Un conseil municipal extraordinaire a d’ailleurs eu lieu le 11 septembre à Nancy. «Sur le sujet des dessertes TGV, la SNCF s’est comportée avec les territoires concernés comme si nous étions encore dans une gouvernance du XIXe siècle.»