Éric Freysselinard, préfet de Meurthe-et-Moselle

Une conjoncture économique marquée par un léger tassement dans le département contrebalancée par une progression de plus de 3 % du CA des entreprises entre janvier et juillet, des dossiers toujours aussi chauds à l’image de l’A31 et toujours cette problématique bien présente des entreprises éphémères. À l’occasion d’un échange de rentrée avec la presse […]

769
«Au niveau conjoncturel, nous ressentons dans le département ce léger tassement de croissance», assure Éric Fresselynard, le préfet de Meurthe-et-Moselle.

Une conjoncture économique marquée par un léger tassement dans le département contrebalancée par une progression de plus de 3 % du CA des entreprises entre janvier et juillet, des dossiers toujours aussi chauds à l’image de l’A31 et toujours cette problématique bien présente des entreprises éphémères. À l’occasion d’un échange de rentrée avec la presse locale, Éric Freysselinard, le préfet de Meurthe-et-Moselle a balayé l’ensemble des sujets du moment.

Conjoncture

Pas un scoop, le ralentissement de la croissance au niveau national est bien présent et la Meurthe-et-Moselle n’échappe pas à la règle. «Dans le département, on sent également ce léger tassement avec notamment une légère hausse du chômage de l’ordre de 0,2 % au dernier trimestre. Il n’en demeure pas moins que sur la période de janvier à juillet, on peut noter dans le département une augmentation du chiffre d’affaires des entreprises de l’ordre de 3,5 %», constate le représentant de l’État. Une note jugée positive mais qui ne dissimule pas les difficultés de bon nombre d’entreprises aujourd’hui. Deux cas typiques en Meurthe-et-Moselle :«nous avons certaines entreprises en grande difficulté. Je pense à la Compagnie vosgienne de la chaussure qui est aujourd’hui en redressement judiciaire ou encore SoLocal, propriétaire des Pages Jaunes, à Nancy. Sur ce cas précis, près de deux cents salariés sont concernés et cela ne se présente pas bien. Une convention de revitalisation est en cours pour faciliter les retours à l’emploi.»


Entreprises éphémères

 C’est un dossier mis en avant par les différents acteurs économiques du département. À l’occasion de la dernière rentrée solennelle du tribunal de commerce de Nancy en début d’année, la problématique des entreprises éphémères a été de nouveau pointée du doigt. Bon nombre de secteurs d’activité sont concernés, «nous avons eu des cas récemment dans la filière du bois», assure le préfet de Meurthe-et-Moselle : «Nous travaillons sur le sujet mais cela est très difficile car c’est de la l’égalité habile. Nous avons identifié les personnes qui s’adonnent à ces pratiques et nous avons décelé les mécanismes. Nous connaissons leur mode opératoire donc nous allons pouvoir avoir une plus grande réactivité sur le sujet.»

La loi Pacte

 Pacte pour Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises ! «Cette loi aura des effets positifs ! C’est comme le PAS (Prélèvement à la source) de l’impôt, tout cela va permettre une meilleure visibilité pour tous les acteurs économiques. Cela démontre également la capacité réformatrice de l’État.»

Réforme de l’État

 «Elle est engagée ! Nous sommes dans une logique de déconcentration. Dans le département, je peux dire que nous sommes assez bons et même plus avancés que dans d’autres départements (…) Deux mots peuvent la caractériser : efficacité avec cette notion de services en commun et proximité avec une volonté d’être toujours présents. Même si beaucoup de guichets de services publics ont été fermés et que bon nombre de téléprocédures sont mises en place qu’il faut minimiser la proximité. Elle est nécessaire et principalement en milieu rural. Un renforcement du rôle des sous-préfectures est d’ailleurs programmé.»