Acoss – Urssaf : 2018-2022 : le temps des services

Objectif Services via un accompagnement proactif envers les entreprises ! Les nouvelles priorités d’actions de l’Acoss (Agence centrale des organismes de sécurité sociale) et des Urssaf (Unions de recouvrement des cotisations de Sécurité sociale et d’allocations familiales) via leur COG (Convention d’objectifs et de gestion) 2018-2022 entendent renforcer les services de ces organismes, notamment, au niveau […]

363
Yann-Gaël Amghar, directeur général de l’Acoss et Christophe Franceschi, le directeur régional de l’Urssaf Lorraine.

Objectif Services via un accompagnement proactif envers les entreprises ! Les nouvelles priorités d’actions de l’Acoss (Agence centrale des organismes de sécurité sociale) et des Urssaf (Unions de recouvrement des cotisations de Sécurité sociale et d’allocations familiales) via leur COG (Convention d’objectifs et de gestion) 2018-2022 entendent renforcer les services de ces organismes, notamment, au niveau des créateurs d’entreprises et des travailleurs indépendants. Le point avec Yann-Gaël Amghar, directeur général de l’Acoss et Christophe Franceschi, le directeur régional de l’Urssaf Lorraine.

 Urssaf ! Rien que le nom est trop souvent (à tort ?) synonyme de contraintes pour l’entrepreneur ! Si la collecte et le contrôle des déclarations s’affichent comme l’une des missions principales des Urssaf, la notion de services aux entreprises est bien présente même si du chemin reste à parcourir pour le faire réellement (re)connaître. «Notre intérêt est que les entreprises prospèrent pour que notre régime social, dans son ensemble, fonctionne le mieux possible», assure Christophe Franceschi, le directeur régional de l’Urssaf Lorraine à l’occasion d’une journée interrégionale de présentation de la COG (Convention d’objectifs et de gestion) 2018-2022, le 8 octobre à Metz. Cette nouvelle feuille de route entend mettre en avant «un accompagnement plus proactif notamment auprès des PME et TPE», renchérit Yann-Gaël Amghar, directeur général de l’Acoss, la caisse nationale des Urssaf. «Notre ambition est de constituer une plate-forme de services entre les activités économiques et la protection sociale. La branche ne doit pas être seulement un collecteur de ressources prélevées sur l’activité pour financer des prestations, mais elle doit contribuer à la dynamique de la création d’activité et à la mise en œuvre des protections dont doivent bénéficier les actifs et notamment garantir la conversion des activités économiques en droits sociaux.»

Appui et accompagnement

La COG pour les cinq années à venir affiche trois ambitions : offrir aux entreprises un service performant et adapté à leur situation, garantir le financement performant, efficace et équitable de la protection sociale et adapter le fonctionnement du réseau pour mener à bien les ambitions de la branche. Les Urssaf entendent mettre en avant, pour les entreprises, la notion d’appui et d’accompagnement que leurs équipes peuvent apporter aux chefs d’entreprise. En ligne de mire, «les petites entreprises car ce sont elles qui ont le plus besoin d’être accompagnées dans leurs démarches», avec en particulier un important travail en cours au niveau de la facilitation des démarches des cotisants au travers des services accessibles, adaptés et innovants (voir encadré). Deux typologies d’entrepreneurs font l’objet d’un intérêt particulier. Les créateurs et les repreneurs d’entreprise, «ils doivent faire l’objet d’une offre de service dédiée et caractérisée par la simplification du processus de création d’entreprise auprès du Centre de formalités des entreprises (CFE) et par le déploiement de services différenciés et attentionnés d’accompagnement des nouveaux cotisants, directement ou par l’intermédiaire des tiers-déclarants.» Les travailleurs indépendants sont également concernés par l’attention particulière annoncée des Urssaf du fait du contexte ambiant de la suppression du régime social des indépendants. Même chose pour les entreprises en difficulté avec la mise en œuvre de solutions en termes d’étalement de prélèvement. Sur ce point, «il est toujours délicat de faire bouger les mentalités mais les entreprises en difficulté peuvent pousser notre porte avant qu’il ne soit trop tard.» Bon à savoir mais plus délicat à faire…