Assemblée générale de la Capeb 54 : Émotions, convictions, détermination…

La grande famille des artisans du bâtiment était réunie le 12 octobre dernier dans les salons du stade Marcel Picot de Tomblaine à l’occasion de l’assemblée générale de la Capeb (Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment) de Meurthe-et-Moselle. Une AG pleine d’émotions avec les départs à la retraite de Pascal Pinelli après […]

461
La Capeb de Meurthe-et-Moselle a tenu son assemblée générale le 12 octobre dans les salons du stade Marcel Picot de Tomblaine.

La grande famille des artisans du bâtiment était réunie le 12 octobre dernier dans les salons du stade Marcel Picot de Tomblaine à l’occasion de l’assemblée générale de la Capeb (Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment) de Meurthe-et-Moselle. Une AG pleine d’émotions avec les départs à la retraite de Pascal Pinelli après dix ans de bons et loyaux services à la présidence de cette confédération et de Christine Sigris, sa secrétaire générale. Une page se tourne mais une nouvelle vient tout juste de s’écrire avec l’élection du nouveau président en la personne de Lénaïc Rauch le gérant d’AEN à Jarville-la-Malgrange. Le tout dans un contexte où l’artisanat du bâtiment continue ses combats face à des difficultés récurrentes et de nouveaux défis à relever.

 17 h 45 le 12 octobre dernier dans le salon or du stade Marcel Picot de Tomblaine ! Les artisans du bâtiment de Meurthe-et-Moselle et les différents partenaires et acteurs économiques et politiques du département ont répondu présent à l’occasion de l’assemblée générale de la Capeb (Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment) de Meurthe-et-Moselle. Tout le monde se presse autour du nouveau président de la confédération, Lénaïc Rauch (électricien de profession et gérant d’AEN à Jarville-la-Malgrange) élu quelques minutes auparavant en conseil d’administration. Le quadragénaire a la lourde tâche de succéder à Pascal Pinelli qui vient de faire valoir ses droits à la retraite après dix ans passés à la tête de la confédération. Séquence émotion en cette fin d’après-midi où ce fils de maçon italien du Pays-Haut reçoit la médaille vermeille de la reconnaissance artisanale des mains d’Éric Freysselinard, le préfet de Meurthe-et-Moselle en présence de Christian Schieber, le président de la Capeb nationale. De son côté, Christine Sigris, la secrétaire générale de la Capeb 54 s’est vue remettre la médaille d’or du travail par Mathieu Klein, le président du Conseil départemental de Meurthe-et-Moselle. Deux figures emblématiques du syndicalisme patronal version artisans du bâtiment s’en vont mais l’ADN «de défense des intérêts du monde artisanal», comme l’a souvent mis en avant Pascal Pinelli, demeure. Lénaïc Rauch, le nouveau président, entend aujourd’hui l’incarner tout en l’adaptant au contexte actuel. «Nous devons aujourd’hui faire avec deux générations d’artisans dans une période de mutation qui nous inquiète», explique le nouveau président.

Syndicalisme de solutions

L’incontournable concurrence déloyale des micro-entrepreneurs, l’impact des travailleurs détachés en passant par le feuilleton du Cite (Crédit d’impôt pour la transition énergétique) à l’épilogue aujourd’hui presque satisfaisant après les combats menés par la confédération pour son maintien, la transition numérique, les nouveaux chantiers des réformes de la formation professionnelle et de l’apprentissage en passant par la mise en place du Plan de rénovation énergétique des bâtiments et la fameuse loi Pacte (Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises), les chantiers sont nombreux «le tout dans une conjoncture où il faut bien le dire la croissance peine à s’établir et que les marges pour nos entreprises sont loin d’être réellement présentes.» Le nouveau patron de la Capeb entend mener un «syndicalisme de solutions», dans la lignée des instances nationales de la confédération mais avec cette nécessaire adaptation et à l’écoute terrain des quelque 412 adhérents que compte la Capeb 54 (dont près de la moitié sont des artisans seuls). Sa prise de fonction tombe en plein dans le lancement d’une campagne nationale de la confédération et d’une mise en avant d’une nouvelle feuille de route. Cinq grands chantiers sont mis en avant par la Capeb nationale : business, organisation, RSE, numérique et BIM (Building Information Modeling) et certain que les troupes meurthe-et-mosellanes vont y participer. Côté business, en 2019, la Capeb va mettre en place une plateforme 3.0 «pour aider les artisans à développer leur business dans un contexte d’ubérisation généralisée du secteur et des services», assure les instances nationales. «La vocation de ce site est de permettre aux entreprises artisanales du bâtiment de prendre le virage numérique et de répondre aux attentes de leurs clients. Elle sera conçue comme une place de marché avec d’un côté les entreprises et de l’autre les clients et leurs demandes de travaux.» Le volet organisation a pour mot d’ordre le «travailler ensemble» avec un accompagnement des groupements d’entreprises.


Transition numérique

«Le collaboratif, c’est l’avenir de l’artisanat du bâtiment. La mise en réseau est essentielle pour permettre à nos entreprises de tirer leur épingle du jeu dans le contexte concurrentiel actuel et pour faire face à des défis techniques comme la performance énergétique des bâtiments. Nous devons travailler ensemble pour cultiver notre indépendance, nous grouper pour être plus forts ensemble», assure Patrick Liébus, le président national de la Capeb. Acteurs sociétaux, les artisans du bâtiment affiche aujourd’hui leur valeur RSE et la démarche «Artisans engagés, entreprise responsable» s’affiche comme un des piliers de la feuille de route annoncée. Tout comme l’adaptation au BIM, cette façon d’appréhender l’évolution numérique dans la conception et la construction des bâtiments, la Capeb est d’ailleurs signataire de la charte «Objectif BIM 2022» marquant l’engagement volontaire de l’ensemble de la filière pour le recours à cette technique. Reste à maîtriser réellement le domaine du numérique. Un secteur phare également pour la Capeb. Les instances nationales de la confédération annoncent la formation des cadres des Capeb départementales sur le sujet. «Cette formation a un double objectif : aider les Capeb locales à se saisir des outils à leur disposition pour améliorer la qualité de service et mieux communiquer avec leurs adhérents mais aussi être en mesure de conseiller les entreprises adhérentes et les accompagner dans leur utilisation des réseaux sociaux pour développer leur activité.» Autant de chantiers internes et externes qui attendent aujourd’hui les équipes du nouveau président de la Capeb de Meurthe-et-Moselle.