Philippe Darmayan fait passer les messages

Philippe Darmayan, le président national de l’UIMM (Union des industries et métiers de la métallurgie) est passé par la Lorraine le 27 septembre. Chez Gris Group à Lesménils le matin et au Pôle Formation de l’UIMM Lorraine à Yutz l’après-midi. L’occasion de rappeler la nécessaire adaptation aujourd’hui en marche de l’Industrie du business model en […]

408
«Les entreprises doivent adapter leur business model pour faire face aux changements actuels», assure Philippe Darmayan, le président de l’UIMM.

Philippe Darmayan, le président national de l’UIMM (Union des industries et métiers de la métallurgie) est passé par la Lorraine le 27 septembre. Chez Gris Group à Lesménils le matin et au Pôle Formation de l’UIMM Lorraine à Yutz l’après-midi. L’occasion de rappeler la nécessaire adaptation aujourd’hui en marche de l’Industrie du business model en passant par sa politique de l’emploi.

«La confiance des chefs d’entreprise est revenue et l’industrie ne va pas mal !» Satisfait, Philippe Darmayan, le président national de l’UIMM quelques minutes après son intervention chez Gris Group à Lesménils lors de sa première étape lorraine le 27 septembre avant sa montée à Yutz au Pôle Formation de l’UIMM Lorraine dans l’après-midi. Satisfait mais «attentif» notamment sur l’évolution des réformes en cours avec en première ligne le CICE (Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi) transformé en allégement de cotisations. «Le gouvernement croit régler le problème mais c’est faux», sous-entendu, il reste encore des choses à faire en matière de charges.

Vigilants et actifs

«Nous demandons au gouvernement d’être plus cohérent. Nous ne sommes pas en combat mais nous demeurons vigilants.» Vigilants et actifs ! Soutien à l’industrie du futur «avec cette nécessité de faire évoluer notre business model pour faire face aux changements sociétaux», actions de lobbying pour lier le temps de travail avec la réalité de l’activité des entreprises «il nous faut de la flexibilité mais une flexibilité encadrée aussi bien pour l’employeur que l’employé» à l’image des contrats de chantiers que l’UIMM a proposés, reprise en main de l’apprentissage depuis la réforme, «le gouvernement nous l’a donnée, à nous de faire en sorte que cela fonctionne.» Sur ce point, les choses avancent, «en Lorraine nous avons aujourd’hui 80 % apprentis en plus. À l’horizon 2020, nous aurons 2 000 apprentis dans la région», assure Hervé Bauduin, le président de l’UIMM Lorraine. Le tout grâce à une politique de l’emploi renforcée par la mise en place d’un partenariat avec Pôle emploi, la Fabrique de l’Avenir, histoire de capter les demandeurs d’emploi pour relever les défis de recrutement. Près de quatre mille postes sont à pourvoir chaque année dans la métallurgie.