Climb Up entend mettre les entreprises à la hauteur

Ouverte depuis la mi-octobre du côté du parc Lafayette à Maxéville, la salle d’escalade et de loisirs du groupe Climb Up (leader en France dans le secteur) s’expose déjà comme un lieu de rassemblement pour la communauté des grimpeurs de plus en plus nombreux dans l’Hexagone. Autre cible affichée : les entreprises version management d’équipes, séminaires […]

221
La salle d’escalade Climb Up entend toucher l’univers de l’entreprise version management d’équipes et autres séminaires.

Ouverte depuis la mi-octobre du côté du parc Lafayette à Maxéville, la salle d’escalade et de loisirs du groupe Climb Up (leader en France dans le secteur) s’expose déjà comme un lieu de rassemblement pour la communauté des grimpeurs de plus en plus nombreux dans l’Hexagone. Autre cible affichée : les entreprises version management d’équipes, séminaires ou encore événementiel.

 Les gestes sont précis, calculés, étudiés ! Un temps de réflexion et le bras s’élance pour saisir une prise afin de continuer la progression à une dizaine de mètres de hauteur. Un léger coup adapté sur la corde de ligne de vie histoire d’obtenir du mou de la part de son coéquipier resté au sol pour l’assujettir, la grimpeuse se fraie facilement un passage sur la voie du mur d’escalade. Ils sont une petite dizaine ce lundi matin à prendre possession des quelque 1 150 m² d’infrastructure de la salle d’escalade du groupe Climb Up ouverte depuis la mi-octobre du côté du parc Lafayette à Maxéville. «Nous sommes la seule salle de cette envergure aujourd’hui présente dans le Grand Est», assure Mathieu Le Querré, codirecteur avec son associé Rémi Henrion de l’établissement géré en licence de marque. Le groupe Clim Up, créé il y a une dizaine d’années à Lyon par François Petit plusieurs fois champion du monde et ancien entraîneur de l’équipe nationale d’escalade, affiche aujourd’hui une vingtaine de salles dans l’Hexagone dont les trois plus grandes se situent à :Aix-en-Provence, Lyon et Bordeaux.

Management d’équipes

La nouvelle salle lorraine n’a pas à rougir. Elle affiche l’ensemble des composants du concept : un mur à cordes (67 au total) où les adeptes de la grimpe s’en donnent à cœur joie avec des parcours remis à jour souvent et enchaînant les difficultés, une salle dite de bloc permettant de réaliser une des trois disciplines de l’escalade mais également de permettre une initiation à la grimpe plutôt ludique et un espace enfants mêlant mur adapté et un parcours aventure genre accrobranches mais sans les arbres. «La salle mêle activité sportive pour la communauté des grimpeurs. Nous travaillons notamment avec les licenciés de la Fédération française de montagne et d’escalade de l’ASPTT de Nancy ou encore le club alpin nancéien. La connotation loisirs est également présente pour les plus jeunes avec par exemple l’organisation d’anniversaire. Nous travaillons déjà avec bon nombre de centres sociaux», assure Mathieu Le Querré. Autre cible des adeptes de la grimpe : l’univers de l’entreprise. «L’escalade s’affiche comme une discipline accessible et porteuse de valeurs notamment en termes de management d’équipes», explique Rémi Henrion, chargé du développement des comités d’entreprise et de la sphère entrepreneuriale. Depuis son ouverture, la salle a déjà accueilli un groupe d’un bureau d’études de l’agglomération ou encore le lancement d’une boisson énergisante. Avec son bar, son espace de restauration, sa zone de convivialité et bientôt (pour Noël normalement) son sauna (histoire de se relaxer après une séance), la salle pourrait rapidement s’afficher comme un nouveau lieu d’accueil d’événements entrepreneuriaux.