Immobilier d’entreprise - Métropole du Grand Nancy

Les salons, l’attractivité et le baromètre

Le salon Mapic, salon du marché international de l’implantation commerciale et de la distribution, vient de fermer ses portes à Cannes et son homologue le Simi (salon de l’immobilier d’entreprise) Porte Maillot à Paris se profile début décembre. Les différents acteurs de l’immobilier professionnel sur le territoire de la Métropole du Grand Nancy semblent afficher […]

257
Nancy arrive en deuxième position derrière Dijon dans la catégorie des métropoles intermédiaires du baromètre Arthur Loyd de l’attractivité et du dynamisme des métropoles françaises.

Le salon Mapic, salon du marché international de l’implantation commerciale et de la distribution, vient de fermer ses portes à Cannes et son homologue le Simi (salon de l’immobilier d’entreprise) Porte Maillot à Paris se profile début décembre. Les différents acteurs de l’immobilier professionnel sur le territoire de la Métropole du Grand Nancy semblent afficher de belles perspectives corroborées, notamment, par la parution du deuxième baromètre sur l’attractivité et le dynamisme des métropoles françaises du groupe immobilier Arthur Loyd. Nancy se hisse à la deuxième place dans la catégorie des métropoles intermédiaires après avoir été cinquième l’an passé.

 «Les résultats de ce baromètre sont un plus en matière de captation de nouveaux investisseurs !» Constat établi par Grégory Bigel, le président du groupe indépendant Imoclaire qui vient de reprendre la Société Picard Immobilier d’entreprise, concessionnaire de la marque Arthur Loyd en Lorraine (voir encadré), à la lecture du deuxième baromètre national sur l’attractivité et le dynamisme des métropoles françaises du groupe immobilier Arthur Loyd. Nancy s’y hisse à la deuxième place dans la catégorie des métropoles intermédiaires derrière Dijon et devant Tours. «C’est une bonne nouvelle mais cette notion d’attractivité prend en compte bon nombre de critères», ajoute prudemment le professionnel de la pierre. L’an passé, dans ce même baromètre, les territoires de la Métropole du Grand Nancy s’affichaient à la cinquième place derrière Clermont-Ferrand, Brest, Tours et Bayonne et ex-æquo avec Angers et Dijon. Le travail en matière de marketing territorial aurait-il payé ? Peut-être et les premiers retours du dernier salon Mapic (le salon du marché international de l’implantation commerciale et de la distribution) de Cannes fin novembre apparaissent le confirmer.

26Marché porteur et opportunités

«Des belles enseignes devraient arriver sur Nancy», assure Grégory Bigel. Une donne corroborée notamment par l’agence Scalen, agence de développement des territoires Nancy Sud Lorraine. Les opportunités commerciales en hypercentre sont toujours nombreuses (depuis le départ de grandes enseignes quasi historiques dans la cité) tout comme en périphérie à l’image de la plaine Flageul ou encore du centre commercial la Cascade à Laxou. Côté immobilier de bureaux et d’activités, le futur Simi (salon de l’immobilier d’entreprise) annoncé du 5 au 6 décembre Porte Maillot à Paris, devrait également voir la place nancéienne mise en avant avec la présence des différents acteurs du secteur. «Le marché nancéien est porteur notamment en matière de locaux d’activités. L’offre neuve n’est pas extensible et c’est dans le domaine de la réhabilitation que bon nombre de choses sont à réaliser.» Le vieil adage que l’offre neuve attire les investisseurs demeure mais il semble certain que sur l’agglomération nancéienne, les dernières cartouches commencent à être tirées dans le domaine et notamment dans le programme Nancy Grand Cœur ou encore sur les hauteurs de Maxéville du côté de l’Écoparc du site Saint-Jacques avec l’annonce d’un vaste programme de plus de 60 000 m² juste en face du Village Océanis (voir encadré). Les investisseurs ne devraient pas s’y tromper !