Vœux de la Métropole du Grand Nancy

André Rossinot and collectif…

Dans un climat social et économique tendu, André Rossinot, le président de la Métropole du Grand Nancy a rappelé à l’occasion des vœux de la structure intercommunale, le 8 janvier au cœur du centre de congrès Prouvé à Nancy, que «le travail collectif, le dialogue et la concertation» pouvaient permettre de faire évoluer les choses. […]

357
André Rossinot, le président de la Métropole du Grand Nancy, a rappelé l’importance du collectif à l’occasion de la traditionnelle cérémonie des vœux.

Dans un climat social et économique tendu, André Rossinot, le président de la Métropole du Grand Nancy a rappelé à l’occasion des vœux de la structure intercommunale, le 8 janvier au cœur du centre de congrès Prouvé à Nancy, que «le travail collectif, le dialogue et la concertation» pouvaient permettre de faire évoluer les choses. Le tout dans une nécessaire «prospective institutionnelle» pour permettre de créer «une nouvelle dynamique de la vie métropolitaine.»

 

Coimaginer. Coconstruire. Coanimer. Coréaliser. Coinnover ! Les mots inscrits en toile de fond ont donné le ton avant de réellement raisonner au cœur du centre de congrès Prouvé  à Nancy dans le discours d’André Rossinot, le président de la Métropole du Grand Nancy à l’occasion des vœux de nouvelle année le 8 janvier dernier. 2019, année anniversaire pour la Métropole du Grand Nancy. Soixante ans, depuis l’ère du district, puis de la communauté urbaine et enfin de la métropole (en juillet 2016), «que la coopération territoriale façonne la vie quotidienne des Grands Nancéiens.» Reste que le contexte est loin d’être en harmonie aujourd’hui. «Nous ne savons pas encore comment passer du monde d’hier au monde de demain, le fossé est large (…) La société évolue et les modèles classiques s’essoufflent.»

 

Élargissement…

 

Constat établi tout comme bon nombre d’inquiétudes sur l’état des choses avec en toile de fond les débordements de la crise des gilets jaunes, les montées des populismes en Europe, les tensions mondiales. Le paysage global est loin d’être réjouissant. «L’ONU a déclaré que l’année 2019 devait être celle de la modération. C’est dans cette notion de modération que nous devons nous engager. Il faut des voix modérées aujourd’hui dans ce climat tendu (…) il faut se parler et rénover la puissance du dialogue.» André Rossinot prend en exemple la construction, la continuité de la structure intercommunale qu’il préside et son évolution. «Pour préparer l’avenir, il faut le faire ensemble. Il nous faut continuer à faire une métropole ouverte avec la primauté au collectif et avec une gouvernance partagée.» Du dialogue, de l’ouverture et de l’inclusion avec le Sillon lorrain et l’ensemble des territoires associés. Le tout avec une volonté affichée d’élargissement du territoire métropolitain actuel pour peser encore plus fort, histoire de faire face à une compétition territoriale hexagonale de plus en plus agressive. «C’est grâce au ressort du collectif exceptionnel que nous ferons monter la Métropole du Grand Nancy à un niveau d’influence encore plus important.» Les perspectives de développement sont affichées…