PMEfinance lance le mouvement EuropeEntrepreneurs

Histoire de faire face à l’urgence économique et sociale actuelle, l’association PMEfinance regroupant des entrepreneurs, des investisseurs et des professionnels du financement des PME vient de lancer le mouvement EuropeEntrepreneurs à l’occasion d’un colloque à l’Assemblée nationale mi-décembre sur le thème : «PME-ETI, la clef d’un nouveau lien économique.» «L’état de crise économique et sociale que […]

221
L’association PMEfinance vient de lancer son mouvement EuropeEntrepreneurs. Objectif affiché : mettre en œuvre un capitalisme à l’européenne.

Histoire de faire face à l’urgence économique et sociale actuelle, l’association PMEfinance regroupant des entrepreneurs, des investisseurs et des professionnels du financement des PME vient de lancer le mouvement EuropeEntrepreneurs à l’occasion d’un colloque à l’Assemblée nationale mi-décembre sur le thème : «PME-ETI, la clef d’un nouveau lien économique.»

«L’état de crise économique et sociale que nous vivons n’a pas de causes purement françaises et ne peut trouver sa solution qu’à l’échelle européenne», dixit Jean Rognetta, le président de l’association PMEfinance le 19 décembre à l’Assemblée nationale à l’occasion du colloque : «PME-ETI, la clef d’un nouveau lien économique.» Ce regroupement d’entrepreneurs, d’investisseurs et de professionnels du financement des PME (créé en 2010)  a décidé de lancer le mouvement EuropeEntrepreneurs pour répondre «à l’état d’urgence économique et sociale.» Objectif affiché de ce nouveau mouvement entrepreneurial à la sauce européenne (dont les députées Olivia Grégoire et Laure de La Raudière ont été élues présidentes d’honneur en France) : fédérer l’ensemble des entrepreneurs qui souhaitent partager, à l’échelle européenne leurs pratiques d’excellence et «porter ensemble les valeurs d’un capitalisme à l’européenne.» L’Europe, clef de voûte pour la survie et le développement des entreprises ? Les moteurs du mouvement en sont convaincus. «Trop souvent, les marchés financiers américains restent l’unique horizon des entrepreneurs européens qui veulent s’internationaliser. Le Brexit rend plus urgent que jamais de constituer une place financière européenne qui fasse contrepoids et accélère le développement des entreprises innovantes et technologiques», assure Didier Brédy, PDG d’Ekinops, membre de PMEfinance. «Nous, les entrepreneurs, devons prendre nos responsabilités», explique de son côté Thierry Lepercq, ancien directeur général adjoint d’Engie qui vient de lancer sa troisième start-up, Sun River. «Il faut, par l’innovation, réussir à baisser les coûts de l’énergie en passant à zéro carbone et généraliser, l’entrepreneuriat à impact.»

Livre blanc en vue

 Finances, énergies, environnement, impact sociétal des entreprises, autant de sujet que le mouvement EuropeEntrepreneurs entend porter. Au printemps prochain, il prévoit de remettre un livre blanc à la Commission européenne au sein du consortium Tech Capital Markets et d’organiser un premier colloque international sur l’engagement des entrepreneurs face au Brexit. Histoire d’alimenter le dossier, l’association PMEfinance vient de lancer une étude intitulée : «Capital-Innovation : quand la bise viendra, qu’aura fait l’État ?» Elle examinera l’état de préparation des start-up de la French Tech et des investisseurs en capital-risque face au retournement de cycle que les marchés financiers semblent annoncer. «La  peur de l’instabilité politique pourraient réduire l’appétit des investisseurs institutionnels pour les start-up technologiques. Elles-mêmes semblent loin d’être préparées à un ralentissement de la croissance», assurent Pierre Alexis de Vauplane et Florian Bercault, les co-rapporteurs de la future étude. Anticipation annoncée, reste à trouver les bonnes solutions à mettre en œuvre…