3D Advance ouvre les portes du futur

Dans son cœur de métier dédié aux imprimantes dernière génération, la société nancéienne 3D Advance a su capter un marché. À sa tête, Damien Munier a une certitude. Les entreprises n’ont pas d’autres choix que de se convertir à la 3D. Une question de compétitivité mais pas seulement…   Cet après-midi, Damien Munier est plongé […]

326
Des imprimantes 3D pour tous les métiers.

Dans son cœur de métier dédié aux imprimantes dernière génération, la société nancéienne 3D Advance a su capter un marché. À sa tête, Damien Munier a une certitude. Les entreprises n’ont pas d’autres choix que de se convertir à la 3D. Une question de compétitivité mais pas seulement…

 

Cet après-midi, Damien Munier est plongé sur son écran d’ordinateur, scrutant ses mails confirmant plusieurs commandes à venir, tiré de son attention par un appel téléphonique. Canal différent, même motif. Le dirigeant de l’entreprise 3D Advance ne s’en cache pas. En ce début d’année, tout roule pour sa société : «À ce rythme, on peut espérer entre 50 % et 100 % de commandes en plus sur chaque mois à venir pour 2019.» Damien Munier a créé 3D Advance en 2015. Initialement installée sur le technopôle de Nancy-Brabois, l’entité a gagné en visibilité depuis son déménagement sur le quartier Artem en avril 2018. «Dès le lancement de 3D Advance, j’ai misé sur les grands groupes. Ils représentent 70 % de ma clientèle. Le reste se compose de PME à 15 %, du monde de l’éducation comme les grandes écoles d’ingénieurs, les universités, collèges, lycées à 10 % et 5 % de particuliers», poursuit Damien Munier. 3D Advance est présent avec un magasin physique et une boutique en ligne, avec une clientèle partout en France. Paradoxalement, celle-ci n’est pas forcément mobilisée sur le territoire de Nancy Métropole. S’appuyant sur la fiabilité de marques françaises et internationales, l’entreprise développe une palette de solutions d’impression 3D, pour tous les secteurs d’activité et corps de métiers. Frittage sélectif par laser (SLS), résine SLA, DLM, et filament constituent le corpus des gammes et modèles commercialisés, imprimantes et scanners 3 D, testés tant sur l’aspect qualitatif que technique. Délai de livraison : de 24 à 48 heures, avec une assistance et un conseil dans le choix des machines selon les besoins propres à une entreprise ou une industrie, et dans l’utilisation de consommables adaptés aux projets.

 

L’évolution vers la 3D est inéluctable

 

De son expérience, Damien Munier fait une analyse, pertinente : «Je m’aperçois que beaucoup d’entreprises n’ont pas encore franchi le pas de la 3D. Ce n’est pas pourtant optionnel. Cette évolution est inéluctable. Une imprimante 3D a un retour sur investissement rapide et ce n’est pas hors de prix. 80 % de mes ventes se font sur des modèles à une moyenne de 6 000 euros. D’autres sont largement en-dessous et d’une grande fiabilité et précision.» C’est l’un des volets de l’activité de 3D Advance : la formation des gérants d’entreprises et de leurs personnels. Formation – prise en charge par les organismes de collecte – à l’impression 3D, à la modélisation 3D, de technicien, à des logiciels spécifiques dits de tranchage. Ce en inter ou en intra entreprise. Damien Munier avance un autre argument : «Passer à la 3D pour une entreprise présente un autre caractère important dans la recherche de jeunes talents sortis des écoles d’ingénieurs : ceux-ci privilégieront les sociétés à la pointe.»  3D Advance compte cinq collaborateurs, fait également de la location financière de 24 à 60 mois, de la modélisation, de l’impression de l’unité à la petite série. Soit une approche multiforme de son activité qui la mènera bien vite à l’étape suivante : la 4D.  La transition numérique a des limites insondables.