La ruralité résiste dans le Grand Est

Progression du nombre d’entreprises artisanales dans les zones rurales et un emploi salarié (bien qu’en baisse, sauf dans le Bas-Rhin) qui se maintient mieux que la moyenne nationale. Le dernier baromètre sur l’artisanat de l’Institut supérieur des métiers et de la Maaf semble démontrer que la dynamique artisanale demeure présente dans toutes les couches territoriales […]

232
Si l’emploi salarié artisanal résiste dans le Grand Est en zone rurale, il demeure en baisse sauf dans le Bas-Rhin.

Progression du nombre d’entreprises artisanales dans les zones rurales et un emploi salarié (bien qu’en baisse, sauf dans le Bas-Rhin) qui se maintient mieux que la moyenne nationale. Le dernier baromètre sur l’artisanat de l’Institut supérieur des métiers et de la Maaf semble démontrer que la dynamique artisanale demeure présente dans toutes les couches territoriales du Grand Est.

L’emploi salarié artisanal résiste dans les communes rurales du Grand Est ! C’est le principal enseignement tiré par les professionnels de l’Institut supérieur des métiers dans leur nouveau baromètre de l’artisanat réalisé avec la Maaf. «Le nombre d’entreprises artisanales a progressé de 23 % entre 2013 et 2016 dans les communes rurales de la région Grand Est, ce qui correspond à la moyenne nationale. L’artisanat joue un rôle d’amortisseur important pour la dynamique économique de ces territoires, d’autant plus que l’emploi salarié s’y est mieux maintenu qu’en moyenne nationale», peut-on lire dans ce baromètre.

Hausse dans le Bas-Rhin

Dans la région, les 83 000 entreprises exerçant une activité artisanale sont situées à 30 % dans les communes rurales de moins de 2 000 habitants, 24 % dans les petites unités urbaines de 2 000 à 20 000 habitants, 18 % dans les moyennes unités urbaines de 20 000 à 100 000 habitants et 28 % dans les grandes unités urbaines de plus de 100 000 habitants. Une répartition jugée équilibrée et qui se veut rassurante. «Le nombre d’entreprises artisanales augmente dans tous les types de territoires. L’évolution est cependant plus soutenue, de l’ordre de 30 % dans les agglomérations de 200 000 habitants à l’image de Strasbourg, Nancy, Metz, Mulhouse ou encore Reims.» La ruralité apparaît résister avec, sur la période 2013-2016, des évolutions positives du nombre d’entreprises artisanales variant pour les communes de moins de 2 000 habitants de 20 % dans le Haut-Rhin jusqu’à 59 % en Meuse. Reste que les disparités demeurent fortes. L’emploi salarié est plus fragilisé dans les départements fortement ruralisés (Ardennes, Aube, Haute-Marne, Meuse) où le recul varie entre 7 et 10 %. Il résiste beaucoup mieux dans les autres départements et progresse même dans le Bas-Rhin.