RTE continue sa mise au «vert»…

crédit photo : RTE. La part des énergies renouvelables dans la production d’électricité dans le Grand Est est en hausse de 2,1 % en 2018.

48 millions d’euros d’investissement dans le Grand Est l’an passé pour l’adaptation de son réseau dont la part d’électricité d’origine renouvelable est de plus en plus importante (en hausse de 2,1 % par rapport à 2018). RTE (Réseau de transport d’électricité) Grand Est vient de présenter le bilan électrique de la région. Constatation : la production d’électricité se veut de moins en moins carbonée.

Les énergies renouvelables (ENR) ont le vent en poupe ! C’est du moins l’un des principaux enseignements du bilan électrique Grand Est pour l’année 2018 présenté fin avril par le gestionnaire RTE. Sur les quelque 104,6 TWh produits l’an passé (en hausse de 0,6 % par rapport à l’an dernier), la production d’électricité d’origine renouvelable affiche les 14,4 TWh avec un parc éolien en hausse de + 8,4 %, un parc solaire qui affiche les + 3,6 % et les bioénergies scorent à + 9,4 %. La production d’électricité à base d’énergies renouvelables (ENR) couvre, à elle seule 31,3 % de la consommation (au niveau national, le taux est de 23 %). «Le parc global ENR du Grand Est se place au troisième rang national et la région est la troisième la plus productrice d’énergie électrique à partir d’ENR», assure Élisabeth Bertin, la déléguée RTE pour la région Grand Est. Conséquence directe: «nous adaptons notre réseau pour accompagner cette transition énergétique.» 48 millions d’euros ont été investis l’an passé par RTE dans le Grand Est. Chantiers phares de cette adaptation du réseau aux enjeux du territoire : la construction d’une ligne souterraine 63 000 volts entre les communes vosgiennes de Bains-les-Bains et Pouxeux (investissement de 10 millions d’euros pour une mise en service en octobre prochain) ou encore un vaste programme de rénovation de lignes à haute tension, en particulier de nombreux chantiers de réhabilitation de pylônes dans les Vosges, l’Aube ou encore la Marne pour un investissement de 18,5 millions d’euros. Des investissements avec une volonté affichée d’empreinte socio-économique forte sur les territoires.


Consommation en baisse

«Nous veillons, dès que possible, à l’allotissement de nos marchés et à l’intégration des entreprises locales dans nos panels fournisseurs, notamment, pour nos grands projets d’adaptation du réseau de transport d’électricité.» Même politique affichée au niveau des achats auprès des entreprises : «en 2018, le montant des achats auprès des PME du Grand Est  s’élève à 25 millions d’euros, soit 36 % du montant total de nos achats (71 millions d’euros).» Un rôle d’acteur économique majeur revendiqué par RTE dans un climat énergétique où la consommation d’électricité régionale est en baisse. En 2018, elle a atteint les 41,8 TWh soit un léger repli de 1,4 % par rapport à 2017. Si la baisse des températures globalement plus douces explique ce léger repli, ce sont surtout les facteurs conjoncturels les premiers responsables. «Le recul de la consommation de la région s’explique principalement par la baisse de 2 % de la consommation des PME-PMI (16,4 TWh) et celle des particuliers et des professionnels (17,2 TWh).» Caractéristique phare du Grand Est : «c’est l’une des rares régions dans laquelle la consommation de la grande industrie n’a pas diminué. Elle atteint les 8,4 TWh, un volume stable par rapport à 2017 (+ 0,8 %) et représente 19,3 % de la consommation totale d’électricité dans la région.» La chimie, la parachimie, le papier carton et la sidérurgie sont les secteurs les plus énergivores (50 % de la consommation de la grande industrie). Signes que l’industrie tourne toujours et c’est plutôt une bonne nouvelle.