Entre évolution et structuration

Profession relativement jeune, les courtiers en prêts professionnels affichent une activité croissante. L’explication passe par le fait que les banques, même si elles continuent à attribuer des crédits, s’imposent des règles prudentielles toujours plus strictes entraînant des difficultés d’obtention pour les entrepreneurs, mais également par le souci de ces derniers de faire jouer la concurrence. […]

296
Les courtiers en prêts professionnels s’imposent dans l’écosystème entrepreneurial.

Profession relativement jeune, les courtiers en prêts professionnels affichent une activité croissante. L’explication passe par le fait que les banques, même si elles continuent à attribuer des crédits, s’imposent des règles prudentielles toujours plus strictes entraînant des difficultés d’obtention pour les entrepreneurs, mais également par le souci de ces derniers de faire jouer la concurrence.

Courtier en prêts professionnels ! La dénomination peut apparaît courante, voire même entrer dans le jargon de l’écosystème entrepreneurial, il n’en demeure pas moins que la profession apparaît encore comme assez jeune. Reste qu’elle a littéralement explosé et bon nombre de courtiers indépendants proviennent tout simplement de la sphère bancaire. «J’avais fait le tour au sein de l’univers bancaire et je ne faisais plus réellement mon métier. J’y ai beaucoup appris mais il y avait ce côté impersonnel. Devenir courtier était presque une suite logique», assure un professionnel nancéien du secteur qui s’est lancé l’an passé après plus de quinze ans dans la banque.

Chasse aux taux ?

À son image, ils sont aujourd’hui bien présents sur la place en indépendants ou regroupés au sein de sociétés de plus en plus spécialisées et structurées. «La profession s’est réellement imposée quand les tensions sur les crédits bancaires sont apparus avec et un accès au financement compliqué. Faire appel à un courtier professionnel aujourd’hui peut faciliter la tâche mais aussi accélérer le processus d’obtention.» Reste que dans  l’imaginaire populaire, le courtier professionnel semble juste courir après  le meilleur taux du marché. «Je ne suis pas là pour aller chercher un taux mais un résultat. Il faut considérer le courtier comme un facilitateur, le prêt est un outil et non un argument», continue le professionnel nancéien. Et c’est là qu’est toute la différence…