Le Zénith de Nancy amorce sa mue

Fort depuis un an d’un contrat de concession de vingt-cinq ans attribué à la structure «Nancy Grande Scène» (groupement de Vinci Construction, S-Pass, NAC Partners et la Banque des Territoires), le Zénith de Nancy peut voir loin voire très loin. Si le début des travaux pour son extension annoncée début juillet s’affiche comme une étape […]

242
Crédit : Pierron Architecture Le Zénith de Nancy entame sa mue à partir du 9 juillet prochain. Investissement annoncé : un peu plus de dix millions d’euros

Fort depuis un an d’un contrat de concession de vingt-cinq ans attribué à la structure «Nancy Grande Scène» (groupement de Vinci Construction, S-Pass, NAC Partners et la Banque des Territoires), le Zénith de Nancy peut voir loin voire très loin. Si le début des travaux pour son extension annoncée début juillet s’affiche comme une étape stratégique, ce n’est que le début d’une (re)conquête d’un marché de l’événementiel musical, notamment en pleine évolution.

 

Un peu plus de dix millions d’euros de travaux ! Des phases de travaux réfléchies histoire de ne pas perturber l’exploitation. Les premiers coups de pioche vont être donnés dans quelques jours à partir du 9 juillet (juste après la venue des barbus de ZZ Top, le 6 juillet) jusqu’à la fin octobre pour les travaux intérieurs. Reprise en avril de l’année prochaine et jusqu’à la fin mai 2020 pour une mise en service nouvelle génération en juin 2020 ! Plan de bataille affiché du Zénith de Nancy aujourd’hui. Un projet d’envergure avec une extension annoncée de la scène intérieure afin de passer de 6 000 places à un peu plus de 8 000, «une dimension quasi indispensable pour attirer une certaine catégorie de tourneurs et de producteurs», assure Jérôme Daab, le nouveau directeur du Zénith de Nancy depuis le mois de mars dernier. Une montée en puissance nécessaire pour «ce vaisseau amiral de l’événementiel musical» qui a fêté son quart de siècle l’an passé. À l’extension intérieure, les rénovations, la réfection des bars et espaces de restauration s’ajoute la création d’un espace VIP en mezzanine. Sortie de l’artillerie lourde également dans l’amphithéâtre extérieur (25 000 places au compteur) !

 


«Nancy Grande Scène» aux commandes

 

«Nous avons un objet fabuleux, on peut y créer des lieux de vie à l’image des différents festivals actuels», explique celui qui a été programmateur du Jardin du Michel affichant une vingtaine d’années d’expérience dans l’organisation d’événements musicaux avec des programmations au Terminal Export, au Vertigo ou encore du côté de Pagney-derrière-Barine au mythique Chez Paulette. «Les attentes changent, les politiques de consommation d’événements musicaux et autres ont changé. Il était nécessaire de faire évoluer la salle pour continuer à répondre aux attentes des producteurs.» Une mise en perspective possible grâce à la nouvelle gestion du Zénith de Nancy. Terminé la délégation de service public (renouvelable tous les cinq ans), depuis un an les clés de l’infrastructure (propriété de la Métropole du Grand Nancy) ont été confiées, via un contrat de concession de 25 ans, à la structure Nancy Grande Scène (groupement de Vinci Construction France, S-Pass, NAC Partners et la Banque des Territoires) en charge de la gestion et de l’exploitation de la salle. Objectif affiché des nouveaux pilotes : optimiser les capacités d’exploitation. La volonté de montée en puissance est certaine et la possibilité d’adosser un «nameur» au Zénith, «un partenaire ambitieux» est plus qu’envisagée (voire même souhaitée) à l’image de l’AccorHotels Arena associé aujourd’hui au mythique palais omnisports de Paris-Bercy !