Astrid Canada : Présidente de l’Association Lire à Nancy

À quelques jours de l’ouverture de la 41e édition du Livre sur la Place, l’univers des libraires est sous le feu de l’actualité. Ces trois jours de focus sur la rentrée littéraire permettent de mettre en avant une profession de passionné(e)s s’affichant comme l’un des derniers bastions de commerce de proximité. Encore faut-il le rester […]

73

À quelques jours de l’ouverture de la 41e édition du Livre sur la Place, l’univers des libraires est sous le feu de l’actualité. Ces trois jours de focus sur la rentrée littéraire permettent de mettre en avant une profession de passionné(e)s s’affichant comme l’un des derniers bastions de commerce de proximité. Encore faut-il le rester dans un univers du livre en pleine mutation. 


Le Livre sur la Place revient et votre association s’affiche comme l’un des moteurs essentiels de l’événement. L’occasion de mettre en avant les auteurs mais également votre profession en proie à de fortes mutations. Comment faites-vous face ?

C’est un métier passion et nous nous battons pour rester ouverts en centre-ville même si les choses sont parfois difficiles. À Nancy, la Taverne du Livre a fermé ses portes l’an dernier, c’est un exemple des difficultés rencontrées.

La vague du numérique est passée par là ?

C’est une concurrence certaine mais les librairies demeurent un lien essentiel et un lieu de rencontres recherché pour les lecteurs. Sur le numérique, il est tout de même bon de rappeler que le prix du livre demeure unique en France et cela éclaire bien des choses.

Comment appréhendez-vous la nouvelle édition du Livre sur la Place ?

C’est un grand moment aussi bien pour la ville, la littérature et l’ensemble des métiers du Livre comme le nôtre. Ce sont des beaux métiers.