Syraka Créations : l’Art pour rebondir

À la tête de Syraka Créations, spécialisée dans la conception de lampes design version upcycling, la Portoise Claire Zimmermann participe au Salon Habitat et Bois d’Épinal (du 19 au 23 septembre) au sein de la Galerie des Métiers d’Art. Un rendez-vous à ne pas manquer pour cette professionnelle de la communication qui voit dans sa […]

216
Avec ses lampes avec incrustation de mosaïque, Claire Zimmermann de Syraka Créations applique à sa façon la mouvance de l’upcycling. Une démarche artistique et militante.

À la tête de Syraka Créations, spécialisée dans la conception de lampes design version upcycling, la Portoise Claire Zimmermann participe au Salon Habitat et Bois d’Épinal (du 19 au 23 septembre) au sein de la Galerie des Métiers d’Art. Un rendez-vous à ne pas manquer pour cette professionnelle de la communication qui voit dans sa nouvelle activité la possibilité de faire face et surmonter sa fibromyalgie. L’Art comme thérapie ? Peut-être…

Des morceaux de bois en tous genres (mais d’essence de qualité) il y en a un peu partout dans son coin atelier installé au cœur de sa cuisine tout comme des fragments de pierre, de verre opalescent, et d’autres matériaux récupérés histoire de pouvoir laisser libre court à sa créativité. Bienvenue chez Claire Zimmermann dans son appartement du cœur de ville de Saint-Nicolas-de-Port, pilote de Syraka Créations (en couveuse d’entreprises chez Pacelor), et de son univers créatif basé sur le leitmotiv tendance actuel de l’upcycling (pour les néophytes : action de récupérer des matériaux ou des produits usagés afin de les transformer en matériaux ou produits de qualité ou d’utilité supérieure). Sur la table du salon entre deux passages de matous (la maîtresse des lieux et toute sa petite famille adorent les chats), une mosaïque en préparation attend sagement de prendre sa place sur l’une des lampes que l’artiste confectionne. «Toute ma démarche est basée sur la notion de surcyclage des matériaux. C’est simple, tous les matériaux qui sont voués à disparaître et qui n’ont aucune chance d’avoir une seconde vie, je récupère. Chance, je vis avec un artisan du bâtiment, cela aide.» Un genre de circuit court version artiste engagée. «Mes lampes sont une démarche écocitoyenne dans laquelle tout le monde aujourd’hui en grande majorité entend se retrouver.» Reste qu’il y a ceux qui en parlent et ceux qui le font. Claire Zimmermann fait partie de la deuxième catégorie.

Acte militant…

Quasiment un acte militant la création de ses lampes mais pas seulement. Professionnelle de la communication avec plus de vingt ans au compteur au sein de différents organismes de la région et aujourd’hui en indépendante via son autre entité Syraka Communication (elle continue à travailler pour certains clients mais avec une grande parcimonie), cette «artiste artisane» comme elle se définit du fait de sa fibre entrepreneuriale et son engouement affiché pour la cause artisanale, se devait de trouver une activité adaptée histoire de tenter de palier sa sévère pathologie de fibromyalgie. Cette maladie chronique mêlant troubles physiques et cognitifs  est de traitement difficile avec beaucoup de bas et pas souvent de haut. «Il me fallait une activité qui me permette de travailler de chez moi pour faire coïncider mes troubles de santé avec une activité professionnelle.» La création artistique avec la conception de lampes d’intérieur tombait presque sous le sens. «C’est la matière qui guide mon imagination. La recherche de la symétrie idéale et de l’harmonie des matériaux m’apportent un équilibre et une satisfaction optimale.» Un challenge de tous les jours pour l’artiste autodidacte. Son travail créatif, tout autant minutieux que «brut de fonderie» quand elle s’attaque à un morceau de poutre de bois en provenance d’un chantier de démolition, apparaît lui permettre de surmonter la maladie. Ses créations, elle entend bien les faire connaître. Dans quelques jours, elle participera à la prochaine édition du Salon Habitat et Bois au centre des congrès d’Épinal du 19 au 23 septembre. Un petit détour dans la galerie des Métiers d’Art de la manifestation spinalienne s’impose…