Étienne Drioton : l’égyptologue oublié

Le 21 novembre marquera les 130 ans de la naissance d’Étienne Drioton ! Ce Nancéien, prêtre et chanoine honoraire de la cathédrale de Nancy, a surtout été un égyptologue de premier ordre au point d’être directeur général du service des antiquités égyptiennes au Caire. Il aurait pu tout simplement tomber dans l’oubli. C’était sans compter l’implication […]

Crédit : Cercle scientifique Étienne Drioton. Étienne Drioton, Nancéien de naissance, a été un égyptologue émérite. En ce mois de novembre, le Cercle scientifique Étienne Drioton commémore les 130 ans de sa naissance.

Le 21 novembre marquera les 130 ans de la naissance d’Étienne Drioton ! Ce Nancéien, prêtre et chanoine honoraire de la cathédrale de Nancy, a surtout été un égyptologue de premier ordre au point d’être directeur général du service des antiquités égyptiennes au Caire. Il aurait pu tout simplement tomber dans l’oubli. C’était sans compter l’implication du Cercle scientifique Étienne Drioton. L’an prochain une double exposition est annoncée au Domaine de l’Asnée et au château Madame de Graffigny à Villers-lès-Nancy.

«C’est un grand Nancéien qui hélas apparaît un peu oublié !» Jean-Marie Voiriot, le président du Cercle scientifique Étienne Drioton, en est plus que convaincu, l’histoire du chanoine Étienne Drioton mérite d’être connue et reconnue. En ce mois de novembre, le Cercle scientifique entend monter en puissance (à son niveau) pour célébrer les 130 ans de «celui qui a été une des figures de l’égyptologie moderne.» Pas de grande manifestation version grandiloquence mais l’édition d’un ouvrage en début d’année aux Éditions Safran de Bruxelles «Étienne Drioton et l’Égypte», la sortie d’un dépliant présentant les différents sites de l’agglomération nancéienne répertoriant les différents sites où l’égyptologue est passé (sa maison natale du 82 rue Stanislas en passant par l’ensemble scolaire Notre-Dame – Saint-Sigisbert où Étienne Drioton fit ses études ou encore la cathédrale où il fut nommé en 1929 chanoine honoraire jusqu’au cimetière communal de Villers-lès-Nancy où il repose dans le caveau familial), des cycles de conférences un peu partout dans la région (mais également à Lyon au cercle lyonnais d’égyptologie). Point d’orgue de cette commémoration : une exposition grand public : «Étienne Drioton, un égyptologue au fil du Nil» à Villers-lès-Nancy l’année prochaine (voir encadré) déjà réalisée dans la ville de Montgeron dans l’Essonne où le Nancéien s’est éteint le 17 janvier 1961. «Étienne Drioton était un égyptologue mais également un photographe hors pair, ce sont près de six mille clichés sur plaques qui ont été découverts dans sa maison de Montgeron. Nous avons décidé d’en numériser une grande partie», confie Jean-Marie Voiriot.


Rédaction d’une grammaire hiéroglyphique

Né à Nancy, le 21 novembre 1889 de parents propriétaires de librairies religieuses, aîné de cinq enfants, il fait ses études secondaires dans l’ensemble Saint-Gisbert où il obtient son baccalauréat littéraire grec-philosophie à 16 ans. Il entre au Grand séminaire à la Chartreuse de Bosserville en 1906 puis poursuit ses études au Séminaire français de Rome où il obtient deux doctorats en philosophie et théologie ainsi qu’une licence ès Sciences bibliques. En 1912, il est ordonné prêtre à Nancy. Pendant la Grande guerre, il est aumônier à l’hôpital Sédillot de Nancy puis infirmier à l’hôpital de Troyes. Passionné d’égyptologie depuis son plus jeune âge, il commence à assouvir sa passion comme professeur de philologie égyptienne à l’École libre des langues orientales de l’Institut catholique à Paris. En 1920, il rédige une grammaire hiéroglyphique. Quatre ans plus tard, départ pour le Caire où il devient conservateur adjoint du département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre. Le roi Fouad 1er le nomme alors directeur général du Service des antiquités égyptiennes. «Ce n’était pas un fouilleur mais il possédait cette science de l’égyptologie et il recopiait et traduisait les inscriptions», explique Jean-Marie Voiriot. En 1952, il retourne en France suite à la révolution égyptienne et il devient directeur de recherche au CNRS. En 1957, il est professeur au Collège de France avec une chaire d’archéologie et de philologie égyptienne. Le parcours de vie détonnant d’un Nancéien qui aurait été dommage de passer sous silence.

Une expo, deux lieux en 2020

Date à retenir ! Du 12 au 27 septembre 2020, l’exposition «Étienne Drioton, un égyptologue au fil du Nil» sera visible au château Madame de Graffigny et au Domaine de l’Asnée à Villers-lès-Nancy. Elle retrace l’itinéraire de cet égyptologue qui a notamment été conservateur adjoint au département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre et chargé cours à l’École du Louvre mais surtout directeur général du service des antiquités égyptiennes au Caire.

Plus d’infos sur le site : https://cercle-drioton.net/.