L’Italie à portée de bouche

Un air de dolce vita souffle rue Saint-Georges à Nancy. La Trattoria San-Giorgio ouverte au printemps en lieu et place d’un restaurant de spécialités marocaines, a déployé tout l’été son arsenal de couleurs et de parfums. Mais gageons que cet hiver, les clients ne seront pas en reste. Antipasti, pizza, risotto et autres pastas feront danser nos […]

94
Les pâtes sont faites maison, tout comme le reste.

Un air de dolce vita souffle rue Saint-Georges à Nancy. La Trattoria San-Giorgio ouverte au printemps en lieu et place d’un restaurant de spécialités marocaines, a déployé tout l’été son arsenal de couleurs et de parfums. Mais gageons que cet hiver, les clients ne seront pas en reste. Antipasti, pizza, risotto et autres pastas feront danser nos papilles.

Les amateurs de la cuisine italienne ont trouvé leur nouvelle cantine avec La Trattoria San-Giorgio. Ici, tout n’est que produits frais, du «fait maison» (dans la mesure du possible) et des plats à faire chanter le plus médiocre de tous les chanteurs napolitains. À quelques pas seulement de la remuante rue Saint-Jean, cette «trattoria» nous offre un aller-retour pour la Toscane, la Vénétie ou encore Les Pouilles sans avoir à quitter Nancy. Le billet d’avion est au fond de l’assiette. Il ne reste plus qu’à fermer les yeux et à laisser notre palais apprécier.

Du Maroc à la péninsule italienne

La Trattoria San-Giorgio ne trompe pas son monde. Dès la porte poussée, le client sait à quoi s’attendre ! La cuisine est bel et bien l’endroit le plus important car c’est elle qui trône à l’entrée, juste à côté du four à pizza. Les quelque mange-debout installés en face sont là d’ailleurs pour nous permettre d’admirer le spectacle. En tout cas, Kévin, le pizzaiolo (plusieurs fois récompensé), s’en donne à cœur joie. Il fait danser les pâtes au-dessus de sa tête jusqu’à nous donner le tournis…


Une déco faite de bleu et de broc

Pour oublier l’agitation de la cuisine, retrouvons un peu de calme dans une première salle au rez-de-chaussée. Là, l’ambiance est plus feutrée. Le bleu nuit des murs apporte de l’élégance au lieu. Il s’associe surtout très bien aux tables en bois et aux banquettes recouvertes de velours. Les habitués ont déjà leur place. Il n’est pas question d’y toucher… La salle au premier étage est tout autant chaleureuse. Lumineuse, elle est meublée de meubles de récupération. De vieux fauteuils en velours, des bridges ou de simples chaises ont trouvé place autour de vieilles tables en bois. Un canapé au style incertain a même été installé à l’entrée avec une table basse, de gros fauteuils pour se détendre autour d’un verre, une assiette d’antipasti. Enfin, des objets anciens, des photos et des gravures d’un autre temps complètent le décor. Le tout s’harmonise une fois encore parfaitement bien avec les deux teintes de bleu choisies pour les murs : bleu nuit pour les cimaises et un peu plus clair pour le haut des murs.


Antipasti et dolce

Venons-en maintenant à la cuisine car là est l’essentiel. Tout est dit à l’entrée : la Trattoria ne sert que des produits frais, d’origine italienne et surtout du fait maison ! De plus, inutile de chercher la carte, vous n’en trouverez pas. Le menu est écrit, à l’ancienne, sur de grandes ardoises : sept pizzas, quatre plats à base de pâtes fraîches, autant de desserts. Des pizzas, originales que vous ne retrouverez nulle part ailleurs ainsi que des antipasti, des salades et des carpaccios. Quel que soit le plat, tout sort de l’imagination du chef en fonction de la saison, de son envie et des produits en réserve ! Bref, vous l’aurez compris, ici, il n’est pas question de faire de la pizza à la chaîne. Chaque recette est savamment pensée pour marquer les clients. Seule la Mama manque à l’appel. Mais elle se cache certainement quelque part au fond d’une assiette.

Du Marrakech à la Trattoria

De l’ancien restaurant Le Marrakech, il ne reste pas grand-chose. Pour éviter de gros travaux, les arches et les colonnes du bas ont été conservées mais repeintes. Le carrelage mural, côté cuisine a lui aussi été gardé et heureusement d’ailleurs ! La salle à l’étage a en revanche nécessité une grosse rénovation pour lui donner ce petit côté vintage bien séduisant.