«Nous sommes avocats d’abord…»

Nom : Ferry-Bouillon. Prénom : Sophie. Signes particuliers : avocate en droit pénal, associée du cabinet Filor et membre du Conseil national des barreaux. Elle vient de prendre la présidence de l’ACE (Avocats Conseils d’Entreprises) Lorraine. Avec sa nouvelle équipe et bureau, dont Bertrand Foltz (trésorier) et Anne-Sophie Peignelin (secrétaire), elle entend donner un nouveau souffle à ce […]

Sophie Ferry-Bouillon est la première femme à prendre la présidence de l’ACE Lorraine.

Nom : Ferry-Bouillon. Prénom : Sophie. Signes particuliers : avocate en droit pénal, associée du cabinet Filor et membre du Conseil national des barreaux. Elle vient de prendre la présidence de l’ACE (Avocats Conseils d’Entreprises) Lorraine. Avec sa nouvelle équipe et bureau, dont Bertrand Foltz (trésorier) et Anne-Sophie Peignelin (secrétaire), elle entend donner un nouveau souffle à ce syndicat d’avocats dans la région en renforçant notamment ses actions envers le monde de l’entreprise. Premier acte ce 7 novembre avec le retour des petits déjeuners de décryptage des actualités juridiques, fiscales et sociales de l’ACE Lorraine à la brasserie Excelsior.

Vous venez d’être élue présidente de l’ACE (Avocats Conseils d’Entreprises) Lorraine, vous êtes d’ailleurs la première femme à ce poste, quelle est aujourd’hui votre feuille de route ?

Mon objectif, avec le bureau et l’ensemble de l’équipe, est de donner un nouveau souffle à l’ACE dans la région. Depuis ces derniers temps, les choses étaient disons plutôt atones, nous comptons donc changer les choses. Nous souhaitons renforcer nos actions envers les entreprises, en lien avec les instances économiques du territoire et en replaçant l’avocat comme acteur essentiel de la société civile et économique.

D’où le retour, dès ce jeudi 7 novembre des petits déjeuners de l’ACE Lorraine ?

C’est le premier signal de la nouvelle dynamique souhaitée ! Ce rendez-vous à la brasserie Excelsior de Nancy est apprécié, notamment des chefs d’entreprise, car il permet en un laps de temps raisonnable de faire le point, avec des avocats experts dans leur domaine, sur les actualités juridiques, fiscales et sociales. Un focus sera donné à l’occasion de ce rendez-vous sur un déchiffrage sur les nouvelles partitions du droit des affaires. Nous entendons reprendre le rythme d’un petit déjeuner par trimestre.

Vous êtes avocat en droit pénal, comment avez-vous décidé de vous présenter pour la présidence de l’ACE Lorraine ?

Droit pénal ou droit des affaires, nous sommes des avocats d’abord, l’ADN reste le même ! Aujourd’hui toutes les facettes du droit sont extrêmement liées. Je suis membre du Conseil national des barreaux et c’est tout naturellement que je me suis décidée à prendre la présidence de ce syndicat pour la région.

Avocat pénaliste, avocat en droit des affaires même combat ?

Les différentes branches du droit permettent aux avocats de ces différentes branches de se nourrir l’un et l’autre. Il n’y a pas de distinguo, nous sommes tous présents pour un seul objectif : faire respecter le droit car nos plus grands combats sont pour le bienfait des justiciables et pour rendre le meilleur service à nos clients. Sur ce point, seule la déontologie et l’éthique permettent de garantir cette qualité de services.

En tant que syndicat, quel est votre rôle ?

Au niveau national, l’ACE réunit plus de 2 000 avocats adhérents. C’est un véritable laboratoire d’idées sans dogmatisme, une force de propositions au niveau des pouvoirs publics. Comme dans tous les secteurs d’activité, la profession d’avocat évolue et doit s’adapter à son environnement économique. Dans ce contexte, les avocats ressentent un besoin de s’exprimer, de se former pour être en adéquation parfaite avec les attentes de leurs clients. Notre profession est évolutive, dynamique et créative.

On parle beaucoup d’une grande profession du droit, certaines plateformes proposent des conseils juridiques, comment apportez-vous ces nouvelles donnes ?

Le droit est, et doit être, réservé aux professionnels du droit. L’interprofessionnalité a évolué et c’est une vraie possibilité pour notre profession. Nous sommes un syndicat de réflexions, nous n’avons pas peur et nous avançons.

L’ACE à la loupe

ACE pour Avocats Conseils d’Entreprises. Créée en 1992, le syndicat représente l’ensemble du barreau d’affaires français et affiche plus de 2 000 avocats adhérents dans tout l’Hexagone. Il réunit les cabinets de conseils d’entreprises de toutes dimensions, français et internationaux. Forte de ses commissions techniques intervenant dans tous les domaines du droit, de sa section internationale et de sa section jeunes avocats (ACE-JA), l’ACE possède des élus dans l’ensemble des institutions et organismes techniques représentatifs de la profession d’avocat à l’image du Conseil national des barreaux.