Quai des mots : Une librairie généraliste indépendante

Au fil des années, la librairie quinquagénaire «Quai des mots» a su renforcer sa présence sur le territoire spinalien. Une enseigne incontournable de la Cité de l’Image pour les amoureux du livre et les passionnés des rencontres, dédicaces et conférences d’auteurs. Depuis 1969, l’établissement, qui appartient au diocèse de Saint-Dié, était nommé «Panorama 88». On […]

Quai des mots, un extérieur qui flamboie.

Au fil des années, la librairie quinquagénaire «Quai des mots» a su renforcer sa présence sur le territoire spinalien. Une enseigne incontournable de la Cité de l’Image pour les amoureux du livre et les passionnés des rencontres, dédicaces et conférences d’auteurs.

Depuis 1969, l’établissement, qui appartient au diocèse de Saint-Dié, était nommé «Panorama 88». On y vendait principalement des ouvrages qui traitaient de religion et d’objets de culte. Vers 2009, la structure s’est agrandie pour occuper une surface de 380 m2. Elle a également changé d’identité en misant sur l’ouverture de l’offre et en devenant une librairie généraliste.

La montée en puissance 

Appelée depuis lors «Quai des mots», sous la direction d’Isabelle Colin, l’enseigne a connu une totale refonte de son mobilier et de sa configuration. En outre, celle-ci a pris ses aises pour accueillir, en plus d’un rayon religieux, un espace dédié à la littérature, ainsi que le Quai des Mômes destiné aux livres et aux jeux pour enfants et ados. De plus, l’entité a ouvert, depuis novembre 2017, une annexe à deux rues d’écart, baptisée «Octopus BD & Mondes imaginaires». L’objectif étant d’élargir son rayon BD, de promouvoir une offre fantasy et de dénicher plus de clientèle. «C’est une librairie indépendante où on organise régulièrement des animations, des lectures théâtralisées et des rencontres du public avec des auteurs et des éditeurs, qui viennent les écouter et faire des dédicaces», précise la gérante, qui a décidé de «relooker le magasin qui fêtera ses 50 ans, en décembre prochain.» Opérant en faveur du commerce de proximité, Isabelle Colin a récemment remporté une bataille judiciaire pour concurrence déloyale contre le géant du e-commerce Amazon, qui avait installé son casier de livraison en face de la librairie.