Le CHRU Nancy-Brabois : une priorité nationale…

Fin janvier, le Comité interministériel de la performance et de la modernisation de l’offre de soins (Copermo) examinera le plan de réforme du CHRU de Nancy. L’issue devrait être positive.


Fin janvier, le plan de réforme du Centre hospitalier régional universitaire (CHRU) de Nancy sera examiné par le Copermo (Comité interministériel de la performance et de la modernisation de l’offre de soins). Dans un courrier de mi-décembre, Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, laisse franchement entendre qu’il devrait être validé. Le projet envisagé par la direction du CHRU nancéien affiche les quelque 500 millions d’euros, reste à connaître par la suite le montant du soutien de l’État.

«La modernisation du CHU de Nancy est une priorité nationale. J’y suis particulièrement attachée. J’ai ainsi le plaisir de vous annoncer que l’éligibilité de ce nouveau schéma directeur à un soutien national et sera examiné par le Copermo lors de sa séance de fin janvier, sous réserve de la transmission par l’établissement et par l’ARS (Agence régionale de santé) des éléments attendus.» C’était le 19 décembre dernier sous la plume d’Agnès Buzyn, la ministre de la Santé. Dans un courrier, adressé à Laurent Hénart, maire de Nancy et surtout président du Conseil de surveillance du Centre hospitalier universitaire de Nancy et Christophe Lannelongue, directeur général de l’ARS Grand Est en copie, la ministre offre un joli cadeau de Noël pour l’établissement.

Soutien financier…

«Le Comité a validé la dynamique courageuse de transformation portée par l’établissement. La phase actuelle de cette démarche, dans laquelle le CHRU est d’ores et déjà pleinement engagé porte sur un effort particulièrement ambitieux (…) L’adhésion de la communauté hospitalière à ce plan, l’importance des mesures et des restructurations réalisées ou mise en œuvre ont permis d’améliorer significativement les résultats de l’établissement», continue la ministre dans son courrier. Les économies d’échelle engagées par le CHRU (souvent douloureuses avec notamment la suppression depuis cinq ans de près de quatre cents postes), ou encore le vaste programme de regroupements immobiliers et le transfert des activités (notamment de l’hôpital central de Nancy) sur le site de Nancy-Brabois, semblent donc être plus que dans les clous pour pouvoir réellement envisager une validation du projet de réorganisation et surtout un soutien financier de l’État. Sur ce point, les choses apparaissent allées dans le bon sens. «Le CHU de Nancy fera également l’objet d’une attention particulière dans le cadre des mesures «Investir pour l’Hôpital» annoncée fin novembre. En effet, l’étude systématique de la dette et des besoins d’investissements des établissements de santé devra permettre d’apporter une réponse spécifique et adaptée au CHU de Nancy tenant compte de sa politique d’investissement passée et de ses perspectives.» Verdict dans quelques jours…