48 %

C’est le pourcentage de l’emploi marchand non agricole du Grand Est qui dépend d’une multinationale. Ce chiffre, tiré d’une récente enquête intitulée : «L’internationalisation de l’économie du Grand Est s’intensifie malgré la désindustrialisation» présentée le 13 février dernier au siège régional de l’Insee à Strasbourg, tente à démontrer que la région Grand Est s’affiche comme une bonne terre d’accueil de cette typologie d’entreprises. Les multinationales représentent 17 % des établissements présents dans la Grand Est soit 541 000 emplois (chiffre de 2015) et «près d’un quart de ces emplois sont exercés dans une entreprise dont le centre de décision est situé dans un pays frontalier de la métropole», précise l’Insee. Pas un scoop, les multinationales se concentrent à l’est de la région et à proximité des grandes agglomérations. Côté secteur d’activité : «elles sont davantage orientées vers la production et les fonctions support liées à la production que vers les activités présentielles.» Si les multinationales pèsent pour 48 % de l’emploi marchand dans la région, «54 % des emplois, relevant des fonctions de production, sont exercés au sein d’une multinationale.» Les emplois de fabrication (essentiellement production de biens matériels et d’énergie) relèvent en particulier à 71 % des multinationales. L’industrie manufacturière à un poids important dans l’économie régionale (26 % de l’emploi marchand) et ce sont ces emplois qui sont notamment exposés à la concurrence internationale. «Les deux tiers des emplois manufacturiers du Grand Est sont aujourd’hui exercés dans une multinationale et davantage dans une multinationale étrangère que française.» Les multinationales dont le centre de décision est implanté dans la région regroupent 9 % de l’emploi manufacturier total du Grand Est. À noter que si le Grand Est s’affiche comme la troisième région métropolitaine ayant le plus d’emplois dans des multinationales et première en ce qui concerne la part d’emploi dans les multinationales étrangères, elle est presque dernière (avant la Corse) pour celle dans les multinationales françaises.