Les chargeurs relatent un équilibre bien fragile

L’Association des utilisateurs de transport de fret et l’agence bp2r viennent de faire paraître leur enquête sur la situation de la profession des chargeurs au niveau du transport routier. Si après trois années difficiles, ces professionnels retrouvent un certain équilibre, celui-ci pourrait bien être fragilisé aujourd’hui du fait de l’épidémie de coronavirus.

Retour à l’équilibre pour les chargeurs, regroupés au sein de l’Association des utilisateurs de transport de fret (AUTF) représentant les entreprises industrielles et commerciales dans leur fonction de donneur d’ordre aux transports ! C’est ce qui ressort de l’enquête (parue le 12 mars) réalisée par l’AUTF et l’agence bp2r (acteur majeur du conseil et de l’audit en supply chain appliqué au domaine du transport en Europe). «Les difficultés capacitaires qu’ont connues les chargeurs en 2018 sont désormais largement résorbées. Alors que l’an dernier 65 % des chargeurs interrogés considéraient que le marché du transport routier de marchandises (TRM) était sous-capacitaire, ils ne sont plus que 35 % désormais. Les répondants jugent que cet état devrait se maintenir en 2020», peut-on lire dans cette enquête. «Si l’essoufflement de la croissance des volumes explique ce rééquilibrage, les entreprises ont aussi probablement mis en place des mesures de gain de productivité.»

Effet coronavirus…

D’après l’AUTF et l’agence bp2r «l’activité des transporteurs montrait déjà un ralentissement de la croissance des volumes causée par une croissance économique en berne. Cette tendance semble se confirmer du côté des donneurs d’ordre.» 57 % des chargeurs interrogés rapportent une hausse des volumes transportés alors qu’ils étaient près de 66 % l’an passé. «Pour 2020, ils anticipent une tendance similaire et ne sont que 56 % à compter sur une hausse de ces volumes.» Le retour à l’équilibre annoncé par les chargeurs, après trois années difficiles, s’affiche aujourd’hui comme bien fragile «il va falloir prendre en considération les conséquences à court et moyen terme de l’épidémie de coronavirus.» Reste qu’à la date de la divulgation de l’enquête, le rééquilibrage du marché était bien présent. «Contrairement à ce qu’on aurait pu croire, le rééquilibrage du marché n’a pas eu d’impact positif significatif sur la qualité de service. Par exemple, le taux de défaillance (reports ou annulations d’expéditions) se maintient à un niveau trop élevé à 5,03 %.» Reste à savoir pourquoi ? «Il est possible que des changements de pratiques côté chargeurs en termes de prises de commandes, avec des supply chains fonctionnant toujours davantage en flux tendus, soient en cause.» Une chose apparaît certaine pour l’AUTF et l’agence bp2r : une hausse des tarifs est indéniable. «Les chargeurs s’attendent à une hausse des tarifs de 1,14 % contre 2,03 % l’an passé et la tendance concerne tous les segments.» Autre enseignement de cette enquête : «les chargeurs interrogés voient par ailleurs la situation financière de leurs prestataires sous un jour plus favorable. 53 % la jugeant bonne ou très bonne contre 42 % l’an dernier. Voilà qui devrait faire débat lors des négociations.» Une quasi-certitude car les transporteurs interrogés fin 2019 par bp2r sont loin de partager cette analyse…