Travailleurs indépendants : L’Adie gère l’instant et prépare l’après…

L’Adie vient de déployer un plan de soutien d’urgence et d’accompagnement pour les entrepreneurs qu’elle suit, majoritairement des travailleurs indépendants.

Si tous les entrepreneurs sont touchés aujourd’hui par les conséquences de l’épidémie de Covid-19, certains sont beaucoup plus fragiles que d’autres. Les chefs d’entreprise, accompagnés par l’Adie (Association pour le droit à l’initiative économique), s’affichent comme particulièrement exposés. Un plan de soutien d’urgence et d’accompagnement pour gérer l’après-crise vient d’être mis en place pour les quelque 50 000 entrepreneurs accompagnés par l’association.

Ils sont quasiment tous travailleurs indépendants ! Les quelque 50 000 entrepreneurs accompagnés par l’Adie s’affichent comme particulièrement exposés aux conséquences dramatiques pour leur activité depuis le début de l’épidémie de coronavirus. «Le public d’entrepreneurs que nous accompagnons est particulièrement exposé car ils n’ont pas accès au crédit bancaire. Nous sommes conscients que de nouvelles difficultés et de nouveaux besoins s’exprimeront tout au long de cette crise qui promet d’ores et déjà d’être plus longue qu’annoncée», explique l’association. Histoire de tenter de faire face, l’association déploie un plan de soutien d’urgence d’une ampleur inédite. «En une semaine, nos salariés et bénévoles ont contacté plus de 10 000 entrepreneurs et réalisé avec chacun d’entre eux un diagnostic individualisé, afin de faire le point sur leur situation et de les conseiller dans leurs démarches pour solliciter les aides auxquelles ils sont éligibles», explique Frédéric Lavenir, le président de l’Adie. En complément des mesures gouvernementales, l’Adie a mis en place des mesures d’urgence exceptionnelles.

Solutions inclusives

Une ligne d’un million d’euros vient d’être débloquée par l’association pour financer un dispositif de trésorerie pour les entrepreneurs confrontés à ce problème «pour leur permettre de couvrir les situations d’urgence.» Une procédure accélérée de report d’échéance et de rééchelonnement est systématiquement proposée aux entrepreneurs faisant part d’une crainte quant à leur capacité à rembourser leurs mensualités. Ces dispositifs seront adaptés et complétés au fur et à mesure de l’évolution du contexte. «Nous sommes en lien régulier avec le ministère du Travail et le ministère des Finances pour proposer des solutions inclusives pour toutes les entreprises. Si le confinement se prolonge, c’est plus tard, fin avril et en mai que les entrepreneurs souffriront le plus du manque à gagner.» L’anticipation de l’après-crise est également à l’ordre du jour. Les travailleurs indépendants sortiront inévitablement très affaiblis par cette crise. «Il est indispensable de réfléchir aux conditions et aux dispositions à mettre en œuvre pour assurer la relance. Nous plaidons d’ores et déjà pour que les pouvoirs publics envisagent une prolongation et un renforcement du dispositif des aides forfaitaires.» Le tout avec une volonté affichée de voir une réelle prise en compte des travailleurs indépendants dans les mesures de sauvegarde proposées par le gouvernement. Dans les mois à venir, l’Adie devrait dresser un bilan précis sur l’impact de la crise sur les entrepreneurs qu’elle accompagne «dont les activités sont intrinsèquement liées au dynamisme des tissus économiques locaux.» La relance viendra, il faudra juste être attentif à ne laisser personne sur le bord de la route. La question aujourd’hui demeure toujours la même : quand ?