Un fonds «Résistance» dans le Grand Est

À côté des différentes aides et prêts étatiques mis en place ces jours derniers, la Région Grand Est et la Banque des Territoires, en partenariat avec les Conseils départementaux et le EPCI du Grand Est, viennent de lancer le fonds «Résistance». 44 millions d’euros au bénéfice des entreprises et des associations.

Résistance ! C’est le nom du fonds exceptionnel et inédit en France mis en place fin mars par la Région Grand Est et la Banque des Territoires en partenariat avec les exécutifs départementaux et les EPCI du Grand Est. Au total, ce sont 44 millions d’euros qui seront débloqués pour les entreprises et les associations. «Il s’agit d’agir en complément des initiatives déjà impulsées afin de ne pas laisser certaines structures économiques sans accompagnement financier», assure la Région Grand Est. «Cet accompagnement inédit se matérialise sous forme d’avance remboursable pour renforcer la trésorerie des associations, des entrepreneurs, des micro-entrepreneurs, et des petites entreprises dont l’activité est impactée par la crise sanitaire.»

Mobilisation générale

Ces avances de trésorerie, remboursables dans un délai d’un an «voire plus en cas de difficulté», vont permettre d’octroyer des aides de 5 000 à 10 000 € aux entreprises qui comptent jusqu’à dix salariés «avec un soutien qui peut monter à 30 000 € pour les associations et les acteurs du secteur non-marchand.» Une prime d’activité forfaitaire pouvant aller jusqu’à 5 000 €, pourra s’ajouter. «Elle sera destinée à aider les entreprises en fonctionnement dans un secteur d’activité jugé essentiel à verser une prime à leurs salariés.» Cette mobilisation générale des acteurs publics de la région vient en subsidiarité avec les autres dispositifs mis en œuvre par l’État (Fonds de solidarité de l’État et des Régions ou encore le prêt rebond de la Région Grand Est). Objectif affiché : «permettre aux plus petites entreprises et au secteur associatif ou non-marchand de passer le cap de cette crise.» Côté instruction des demandes et des dossiers : «elle sera simplifiée et s’effectuera à l’échelle de chaque territoire par un comité associant les trois niveaux de collectivités pour répondre efficacement aux besoins identifiés localement.»