SOS entreprises en détresse

Hipster using a touch screen smart phone hands close up, vintage colors

Pendant sept semaines, 150 administrateurs et mandataires judiciaires se sont mobilisés bénévolement pour répondre aux appels des 3 000 entreprises qui ont composé le numéro vert «Solidarité Entreprises Covid». 45 000 heures de communications pour aider, aiguiller, rassurer et trouver des solutions face à cette crise qui a mis à mal les entreprises. Sans surprise les professionnels de l’hôtellerie-restauration ont été les plus nombreux à appeler (25 % des appels) suivis par le secteur du commerce de détail (15 % des appels). Parmi les questions les plus fréquemment posées figurent les modalités d’indemnisation du chômage partiel, les problématiques de financement et de trésorerie (plus de 50 % des questions) au premier rang desquelles l’aide défiscalisée de 1 500 € du Fonds de Solidarité qui représente près de 25 % de l’ensemble des questions posées par les appelants du numéro vert. Au fil des semaines, conséquences naturelles, les questions relatives aux procédures collectives se sont multipliées… Comment les professionnels vont rebondir après ce «tsunami économique» comme l’appellent certains économistes. Beaucoup attendaient la date fatidique du 11 mai, démarrage du déconfinement. Le redémarrage fulgurant n’a bien évidemment pas eu lieu. Le système toujours grippé par ces quasi deux mois de mise à l’arrêt semble avoir du mal à se relancer. Échaudés par la fragilité d’un système, les consommateurs vont-ils reprendre leurs bonnes vieilles habitudes ou rester prudents et revoir leurs modes de fonctionnement ? L’incertitude économique et la précarité engendrées par la crise sanitaire, ont manifestement rebattu les cartes. Les semaines à venir vont être vraisemblablement révélatrices de la tendance qui va se dessiner.