3 questions à… : Laëtitia Serrier, responsable Prêts Professionnels chez Partners Finances

Face à l’urgence de la situation de bon nombre d’entreprises, les différents dispositifs de soutien et d’accompagnement mis en place par l’État, à l’image du PGE (Prêt Garanti par l’État) s’affichent comme une réponse à l’instant T. Ils pourraient être dommageables dans l’avenir pour les structures déjà fragiles.

Plusieurs entreprises ont fait une demande de PGE pour faire face à la crise actuelle, craignez-vous un effet boomerang ?

Pour certaines, c’est fort à craindre dans les six mois à venir ! Dans certains cas, le PGE va tout simplement endetter les entreprises car elles n’auront pas les capacités de le rembourser. Tant que ce prêt ne passera pas en amortissement cela risque de bloquer d’autres demandes de prêts par la suite. Les banques ont augmenté leur part de risque et de contentieux possible avec la mise en place des PGE.

En tant qu’analyste financier, qu’aurait été pour vous la meilleure des solutions ?

L’exonération des charges fiscales et patronales pendant un an aurait été beaucoup plus simple. Faire une année blanche aurait permis à certaines entreprises de réellement se ressaisir, ce qui ne sera pas forcément le cas.

Quels conseils donnez-vous au chef d’entreprise ?

Il est indispensable de piloter réellement son déconfinement et d’être accompagner pour mettre en œuvre une véritable stratégie financière pour passer ce cap difficile et surtout perdurer.