3 questions à… : Quentin Guilluy, cofondateur d’Andjaro

Spécialisée dans la gestion des ressources humaines, version staffing (mise à disposition des bons collaborateurs au bon moment), la start-up Andjaro, choisie par le gouvernement pour l’épauler au début de la crise sanitaire, assure que les vagues de licenciements annoncées peuvent être maîtrisées. 10 % des emplois menacés pourraient être sauvés.

La crise annonce des vagues de licenciements. Peuvent-elles être maîtrisées ?

Les entreprises qui sortiront grandies de cette crise inédite seront celles qui auront sauvé des emplois et non les bénéfices. Les vagues annoncées sont atténuables. 10 % des emplois menacés peuvent être sauvés.

Comment ?

Avant de passer par la case licenciements, il vaut mieux tenter de rationnaliser ! La flexibilité est un des moyens. Dans une TPE, on peut travailler sur les heures d’ouvertures et sur le redéploiement sur d’autres postes. Il faut optimiser les ressources internes de l’entreprise et ne pas faire exploser la masse salariale.

Les licenciements apparaissent pourtant inévitables ?

Il faut tout faire pour limiter la casse. Les employeurs ne doivent pas accepter les recettes du passé. Le modèle social-démocrate français les a maintenus en vie via le chômage partiel ou encore les PGE, il est de leur devoir d’aider l’économie à maintenir ce modèle social en travaillant à pérenniser l’emploi et avant tout celui des cols bleus, les plus fragiles de nos concitoyens.