3 questions à… : Franck Bersauter, Président de la CPME 54

Le plan de relance du gouvernement est globalement bien accueilli par les entrepreneurs locaux. Reste que la méfiance est toujours de mise face aux effets d’annonces. La CPME demeure vigilante sur son exécution et espère une réactivité et surtout un pragmatisme dans sa mise en œuvre.

Un quart des 100 milliards du plan de relance devrait être fléché sur les PME et les TPE, une bonne nouvelle ?

Globalement le plan de relance est bien accueilli. Son succès passera par sa bonne exécution. Il faut que la méthode d’application soit rapide et que cela ne soit pas administrativement un casse-tête. Les entrepreneurs aujourd’hui veulent de l’activité, de l’efficacité et de la simplicité.

L’activité est-elle au rendez-vous ?

C’est très disparate selon les secteurs ! Au final, nous manquons cruellement de visibilité et la communication anxiogène de ces derniers temps n’est pas faite pour arranger les choses. Les entreprises sont toujours sous oxygène, une deuxième vague de confinement serait fatale.

Bon nombre d’entreprises ont obtenu un PGE (Prêt garanti par l’État) mais beaucoup craignent l’effet boomerang de son remboursement. Comment l’éviter ?

Il y a de nombreuses négociations aujourd’hui en cours avec les partenaires sociaux sur le sujet. L’espoir de voir les taux de remboursement diminuer et aboutir à une transformation du PGE en quasi-fonds propres est toujours de mise.