3 questions à… : Catherine Elie, directrice des études à l’Institut supérieur des Métiers

Le baromètre de l’ISM (Institut supérieur des métiers) – Maaf sur l’apprentissage dans le Grand Est vient de paraître. Les relatifs bons chiffres divulgués sont le reflet d’une situation d’avant crise de la Covid-19. Les récentes mesures gouvernementales pourraient permettre de les maintenir.

Quels sont les ressentis que vous avez au niveau de l’apprentissage dans la région ?

Les différents appels que nous avons réalisés suite à la publication de notre baromètre mettent en avant que les professionnels de l’apprentissage assurent avoir évité le pire pour cette rentrée.

Pour quelles raisons ?

Les différentes annonces gouvernementales avec la mise en place de nouvelles aides pour réduire le coût pour l’entreprise permettent à l’apprentissage d’être toujours vigoureux. Même si la reprise d’activité est perceptible dans l’artisanat, selon les secteurs, il n’en demeure pas moins que l’incertitude reste de mise.

L’apprentissage semble avoir retrouvé des couleurs les années passées, pourquoi ?

Il existe un regain d’intérêt pour l’artisanat. Le taux d’emploi des apprentis est largement supérieur aux jeunes diplômés issus de la voie scolaire classique et cela joue sur la perception de l’apprentissage. On remarque également qu’un tiers des apprentis sont des jeunes, et moins jeunes, qui voient dans l’apprentissage un levier en matière de reconversion professionnelle.