Alexis conforte son modèle

Louis Michel Barnier, délégué général d’Alexis et Jacques Bachmann, son président, entendent accélérer l’essaimage de leur modèle d’accompagnement sur l’ensemble du territoire du Grand Est.

Un accompagnement ciblé et de proximité grâce à un ancrage territorial fort via ses pôles entrepreneuriaux et une offre de services en adaptation constante, le tout avec une moyenne de 35 porteurs de projets accueillis par semaine depuis le déconfinement. L’accompagnateur Alexis conforte aujourd’hui son modèle éprouvé, notamment sur le territoire de la Métropole du Grand Nancy, et entend bien continuer à essaimer sur toute la zone du Grand Est.

35 porteurs de projets accueillis par semaine depuis le mois de juillet ! Une chose apparaît certaine du côté de l’accompagnateur Alexis, l’esprit d’entreprendre ne semble jamais avoir été aussi présent mais d’une façon un peu différente. «Nous accueillons aujourd’hui des porteurs de projets hautement qualitatifs. Ce sont en grande majorité des personnes qui envisagent une reconversion professionnelle. Ils sont beaucoup plus matures qu’auparavant», assure Louis-Michel Barnier, son délégué général (jusqu’au mois de juillet prochain où il passera la main à Sylvia Collin l’actuelle déléguée générale adjointe). «La crise que nous traversons n’est pas une impasse, elle engendre de l’innovation et un changement d’habitude. Bon nombre de personnes ont décidé de donner du sens à ce qu’elles entendent faire. Cette crise est, d’un certain côté un révélateur et un déclencheur. Les porteurs de projets d’aujourd’hui sont les entrepreneurs citoyens de demain», constate Jacques Bachmann, le président d’Alexis. Un entrepreneuriat choisi mais également, comme certains le qualifie un entrepreneuriat de contrainte.

Modèle éprouvé

Le nombre de porteurs de projets pourrait continuer à augmenter car sans se voiler la face, la vague de licenciements économiques attendue va pousser bon nombre à abattre la carte de l’entrepreneuriat. «Le taux de concrétisation de personnes issues de licenciements économiques est de 60 % quand il n’est que de 30 % pour l’ensemble de la population des porteurs de projets que nous accompagnons.» Un résultat positif rendu possible grâce au modèle aujourd’hui éprouvé de l’accompagnateur de porteurs de projets. Des pôles entrepreneuriaux (véritable tiers-lieu multipartenariale au service des territoires) présents à Maxéville dans le Grand Nancy, à Étain dans le Nord meusien, à Morhange, à Dieuze et prochainement à Saint-Mihiel, le tout additionné à une offre de services ciblée et adaptée (de la sensibilisation, au suivi-transmission en passant par le test de projets, la formation et l’accompagnement). «Nos pôles entrepreneuriaux sont des outils pour le développement des territoires. Dans chaque territoire, il apporte une réponse adaptée. Nos soutiens actuels (en première ligne la région Grand Est : ndlr) ne doivent pas casser cette dynamique. Notre ambition est de continuer à développer sur les territoires ce concept de pôle entrepreneurial», explique Jacques Bachmann. «Notre modèle est éprouvé notamment sur le territoire de la Métropole du Grand Nancy. Avec l’ensemble des acteurs de l’écosystème de la création d’entreprise, nous avons réussi à donner de la lisibilité.» Référence faite au fameux Pôle Entrepreneurial (version organisation cette fois-ci), synergie créée notamment avec la CCI Grand Nancy Métropole Meurthe-et-Moselle, les pépinières d’entreprises du Carep ou encore le Peel (Pôle entrepreneuriat étudiant de Lorraine). L’essaimage d’Alexis devrait donc continuer à s’amplifier avec une adaptation constante de ses services. «Nous sommes entrés dans une nouvelle ère. Notre offre se doit de s’adapter et de se reconstruire.» L’entrepreneuriat change, ses accompagnateurs également…

Concours Trajectoires 2020

À l’instant T, la remise des prix des lauréats du Concours Trajectoires d’Alexis devrait se dérouler à Metz au mois de décembre. Reste à savoir aujourd’hui si cela sera en présentiel ou par d’autres moyens plus virtuels mais tout aussi pertinents. «Pour le moment, rien n’est encore établi mais les lauréats seront mis à l’honneur d’une façon ou d’une autre», assure Louis-Michel Barnier, le délégué général d’Alexis.