La GalaxCCI en orbite….

La CCI Grand Nancy Métropole Meurthe-et-Moselle annonce un autofinancement à 90 % grâce à la mise en œuvre progressive depuis maintenant cinq ans de son nouveau modèle d’organisation basé sur huit filiales autonomes et opérationnelles.

Huit filiales autonomes (bientôt neuf), une capacité d’autofinancement annoncée de 90 %, le modèle d’organisation et de fonctionnement de la CCI Grand Nancy Métropole Meurthe-et-Moselle entend s’afficher comme un modèle de mutation des chambres consulaires face aux différentes réformes et rabotages fiscaux auxquels elles ont dû faire face ces dernières années. Un modèle aujourd’hui opérationnel à faire perdurer et à continuer à muscler. Nom de code : GalaxCCI.

Cela aurait pu être un trou noir, c’est une nouvelle galaxie «aujourd’hui opérationnelle et qui nous permet d’aborder l’avenir avec une certaine sérénité», assure François Pélissier, le président de la CCI Grand Nancy Métropole Meurthe-et-Moselle. L’élu consulaire, qui se représentera pour un troisième mandat à l’occasion des prochaines élections consulaires de l’année prochaine, n’est pas peu fier du modèle mis en place «et qui devrait être un modèle pour toute la fonction publique.» Sommé par le gouvernement de se réformer et voyant leur rentrée fiscale diminuée d’année en année, le réseau des chambres de commerce et d’industrie (126 CCI, 20 000 collaborateurs et un actif d’environ 2 milliards d’euros) n’a pas eu d’autres choix que de s’adapter, de tenter de changer de modèle, de devenir des entreprises à part entière (entraînant d’ailleurs certaines interrogations sur leurs nouvelles prérogatives de la part de l’écosystème entrepreneurial).

Révolution copernicienne

«Il était indispensable pour notre survie de changer notre grille de lecture. La mutation était vitale et nous l’avons réussie en Meurthe-et-Moselle. Avant les CCI levait l’impôt auprès de leurs ressortissants aujourd’hui elles se doivent de s’autofinancer pour tout simplement ne pas disparaître.» La CCI Grand Nancy Métropole Meurthe-et-Moselle affiche actuellement un autofinancement de 90 % pour un budget de 32 millions d’euros et une part de fiscalité de 10 %. «C’est une véritable révolution copernicienne que nous avons engagée au sein de la structure.» Les services régaliens aux entreprises et aux territoires sont toujours présents et sont réalisés par des collaborateurs (environ 25) qui sont encore sous le statut de la fonction publique. Les 260 autres sont aujourd’hui répartis dans huit filiales privés, bientôt neuf avec la volonté de créer une filiale centrée sur les énergies renouvelables. Ces huit filiales constituent trois pôles pleinement identifiés. Un Pôle emploi formation insertion avec la CCI Formation EESC (École d’enseignement supérieur consulaire), l’École de la seconde chance, le groupement d’employeurs Geccilor. Le Pôle Entreprendre avec Racine et le Carep pour les pépinières, la création, la reprise et la transmission d’entreprise. Le Pôle Infrastructures avec la SPL (Société des ports de Lorraine), le GNA (Grand Nancy Aéropôle) et la plateforme multimodale SE3M. «Chaque filiale privée est autonome et propose dans son domaine de compétences les services adaptés à nos différents territoires.» Une donne territoriale également modifiée (réformée). «La lecture territoriale est aujourd’hui modifiée. Nous sommes devenus une CCI métropolitaine en 2017 car nous pensons que c’est à cet échelon que tout se joue réellement mais la proximité demeure de mise. Avec ce nouveau modèle nous avons signé 18 conventions de partenariat avec les communautés de communes du département.» Une proximité renforcée aujourd’hui indispensable mais surtout à consolider vu le climat actuel.

Filiale Énergie Renouvelable en vue

Une neuvième filiale est en train de voir le jour au sein de la fameuse GalaxCCI de la CCI Grand Nancy Métropole Meurthe-et-Moselle. Son domaine de prédilection : les énergies renouvelables. «C’est un secteur à fort potentiel économique. Cette nouvelle filiale sera développée en lien avec la chambre d’agriculture et celle des métiers et de l’artisanat», explique François Pélissier, le président de la CCI Grand Nancy Métropole Meurthe-et-Moselle. Un peu logique, les énergies renouvelables ne se limitent pas au seul secteur de l’industrie. La filiale Energie Renouvelable sera développée en lien avec l’Acaciam (Association des chambres d’agriculture, de commerce et d’industrie, d’artisanat et des métiers) créée en janvier dernier par les trois chambres consulaires de Meurthe-et-Moselle.