Le médecin du travail, allié de l’entreprise

La santé au travail demeure un enjeu de santé publique.

En Lorraine, plusieurs organismes assurent les services de médecine du travail du Bâtiment et des Travaux Publics. Avec leur histoire, leur spécificité, mais avec des rôles convergents. Le terme générique de médecin du travail révèle en réalité une kyrielle de missions. Un véritable écosystème socio-médical pour employeurs et salariés. Diagnostic en région.

Chantiers, ateliers, bureaux : les lieux où se construit l’activité BTP recèlent des visages différents. Pour cela, les services médicaux de ce secteur moteur de l’économie lorraine jouent un rôle éminemment important dans cette médecine du travail de proximité et du quotidien. Au centre de ce cercle, le médecin du travail du BTP. Ses missions premières tiennent en une évaluation des risques professionnels et le dépistage des maladies professionnelles. Il conseille l’entreprise, sa direction, son encadrement, ses salariés et leurs représentants quand à l’amélioration des conditions de vie et de travail au sein de l’entreprise, l’adaptation des postes de travail aux possibilités individuelles et collectivités des salariés, la protection de ceux-ci contre les nuisances, l’hygiène des lieux de travail, la prévention et l’éducation sanitaire liée à l’activité professionnelle et dans le cadre de l’entreprise, les aménagements nouveaux, les modifications apportées aux équipements, la mise en place ou l’organisation du travail de nuit, assure les examens médicaux du personnel dans le strict respect du secret médical afin de déterminer l’aptitude de chaque salarié à son poste de travail, surveiller son état de santé, dépiste les maladies professionnelles éventuelles et toute atteinte pathologique pour les autres salariés. L’an passé, on comptait en France 5 009 médecins du travail, exerçant en service autonome ou inter-entreprise. La région Grand Est arrivait en 3e position des régions métropolitaines avec 422 professionnels, derrière l’Île-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes.

Mieux accompagner l’entreprise

Avec une densité de 11,4 médecins du travail pour 100 000 habitants, la Lorraine se situe au-dessus de la moyenne nationale (7,9). À l’horizon 2030, la région devrait toutefois voir son nombre de professionnels enregistrer un repli de 7 %. Actuellement, la moyenne d’âge d’un médecin du travail est de 50 ans, avec une féminisation de la profession à 69 %. 99 % des médecins du travail sont salariés. 0,6 % sont des libéraux, 0,4 % conjuguent les deux. Autour du médecin du travail s’anime un pôle médical. L’assistant de santé au travail est le relais entre l’entreprise et le professionnel de santé. L’interne en médecine, après délivrance d’une licence de remplacement et autorisation du Conseil de l’Ordre départemental des médecins, peut pratiquer au sein d’un service de santé au travail sous l’autorité d’un médecin du travail expérimenté. Le collaborateur médecin, non titulaire de la spécialisation et en cours de formation, exerce sous l’autorité d’un médecin du travail et dans le cadre d’un protocole écrit, les fonctions habituellement remplies par le médecin du travail. L’infirmier en santé au travail, accomplit ses propres missions ainsi que celles définies par le médecin du travail suivant des protocoles établis. C’était en 1946, la France était à reconstruire. Le général de Gaulle et son ministre du Travail Ambroise Croizat étendaient la médecine du travail à tous les salariés avec un principe fondateur : une visite médicale d’aptitude annuelle, dès l’embauche, pour tous les travailleurs. Depuis, bien des avancées ont été faites. Face aux enjeux actuels et de demain, la priorité reste de toujours mieux conseiller et accompagner les entreprises en la matière.

Une équipe pluridisciplinaire

Les missions des services de santé au travail sont assurées par des médecins, des collaborateurs médecins, des internes en médecine, des intervenants en prévention des risques professionnels et des infirmiers. Ces équipes peuvent être complétées par des assistants de services de santé au travail et des professionnels recrutés après avis des médecins du travail. Les médecins du travail animent et coordonnent l’équipe pluridisciplinaire. Ainsi, les intervenants en prévention des risques professionnels peuvent être ergonomes, chimistes, psychologues de santé au travail.