3 questions à… : Valérie Creusot-Rivière, présidente de l’Ordre des experts-comptables de Lorraine

L’Ordre des experts-comptables de Lorraine vient de réactiver le dispositif «SOS entreprises» pour faire connaître en temps réel les mesures gouvernementales. À côté de leurs missions d’informations, les femmes et hommes du Chiffre accentuent leur rôle d’écoute à l’occasion de ce nouveau confinement beaucoup plus dur psychologiquement à gérer que le premier.

Le dispositif «SOS entreprises» a été réactivé.  Quel est son objectif ?

Il décode en temps réel toute l’actualité des nouveaux dispositifs, des notes techniques, des notes de synthèse, des différentes mesures mises en place. C’est un atout de taille pour nos cabinets et leurs collaborateurs de nouveau mobilisés pour nos clients TPE et PME.

Quelle différence par rapport au confinement du printemps ?

Lors du premier confinement, tout le monde s’est adapté et l’on ressentait un élan fort en termes de volonté de rebondir. Aujourd’hui les choses sont beaucoup plus délicates. Psychologiquement, c’est plus compliqué, il y a un fort sentiment d’injustice. Il n’y a pas encore d’inquiétudes au niveau des comptes. Il faut à tout prix tenter de préserver les trésoreries. Les aides existent à l’image du fonds de solidarité qui vient d’être élargi.

Comment voyez-vous l’après ?

Le problème c’est que nous n’avons aucune visibilité. Personne ne sait quand ce deuxième confinement va prendre fin. 2021 risque d’être compliquée.