Médecine

Vétusté, insalubrité…

Fin 2012, le Nouvel Hôpital de Mercy a vu le jour à Metz, en remplacement du vieil Hôpital de Bonsecours. Ce nouveau CHR, construit sur le site de Mercy à plus de 10 km des anciens bâtiments, est présenté comme un fleuron de l’offre hospitalière régionale et une belle avancée pour les patients. Néanmoins, le […]

Fin 2012, le Nouvel Hôpital de Mercy a vu le jour à Metz, en remplacement du vieil Hôpital de Bonsecours. Ce nouveau CHR, construit sur le site de Mercy à plus de 10 km des anciens bâtiments, est présenté comme un fleuron de l’offre hospitalière régionale et une belle avancée pour les patients. Néanmoins, le mécontentement croissant des internes messins vient ternir ce tableau. L’internat dans lequel sont logés jusqu’à 40 de ces jeunes médecins se trouve encore dans les vieux bâtiments voisins de Bonsecours. Les conditions de vie y sont inacceptables: insalubrité et vétusté sont les maîtres mots. Mobilier vétuste, literie sale datant d’une vingtaine d’années, murs décrépis, état des installations électriques détériorées, nourriture insuffisante… Aucun autre internat n’est dans cet état de vétusté et d’insalubrité en Lorraine. Ces éléments ont été rapportés depuis plusieurs années à la direction du CHR de Metz-Thionville. Visiblement sans résultat. La construction d’un nouvel internat sur le site de Mercy, dont le financement devait être assuré, ne s’est pas faite faute de moyens. Les internes en médecine disent stop et ont lancé une pétition en ligne.

UEM

20.000 foyers au bois

La centrale à biomasse d’UEM est officiellement en production à Metz-Chambière depuis le 1er janvier. Elle consomme 460 tonnes de bois chaque jour. L’électricité produite est achetée par EDF à un tarif très avantageux fixé par l’État.UEM peut bénéficier de ce tarif car l’entreprise a remporté un appel d’offres lancé par le ministère du Développement durable en 2010. L’État a ainsi voulu récompenser le caractère écologique de cette installation. Après être passée dans la turbine pour produire de l’électricité, la vapeur est envoyée dans le réseau de chauffage urbain. C’est le principe de la cogénération qui permet ainsi de chauffer l’équivalent de 20.000 logements dans l’agglomération et de produire de l’électricité pour 10.000 équivalents-logements. Ces logements verront leur facture de chauffage baisser de 2 % en 2013. La cogénération permet en fait à UEM de tirer un excellent rendement du bois brûlé. L’inauguration officielle de cette centrale est prévue le 1er février. Détail de cette installation en test depuis le mois de novembre.

Metz

Dépensière en communication…

Selon le site Rue89, Metz se classe à la 2e place des villes qui dépensent le plus pour leur image derrière Montpellier et devant Caen. «Promotion de la politique municipale, fêtes et cérémonies, frais de mission des élus (déplacements, représentations, dépenses exceptionnelles)» Rue89 invite les internautes à naviguer dans le budget communication des 34 communes de plus de 100.000 habitants. Le site explique que «le total des frais de communication affiché est calculé à partir du poste D623 («publicité, publications, relations publiques») du budget des villes concernées. Il recouvre notamment les annonces et insertions, les fêtes et cérémonies, les catalogues et imprimés… » Selon ce calcul le budget communication de la ville de Metz est de 273.600 € pour 10.000 habitants, tandis que celui de Nancy est de 87.400 €. Nancy se classe 24e sur 33. www.rue89.com

CFA Moselle

Innovations…

Une plate-forme numérique a été développée afin de transmettre des informations pratiques aux apprentis et à leurs maîtres d’apprentissage : les bulletins de notes seront consultables en ligne par les apprentis et les employeurs, idem pour les plannings. Quant aux absences, elles seront quasiment transmises en temps réel auprès des entreprises. Par ailleurs, chaque apprenti disposera d’une adresse email permettant d’être en lien avec ses formateurs. Cette plate-forme permettra également de réduire les supports papiers. Pour éviter la fracture numérique et placer chaque apprenti sur un pied d’égalité, la CCI de la Moselle a demandé le cofinancement de 120 tablettes numériques à la Région Lorraine et à l’AGEFAPME pour ses apprentis de première année du Brevet professionnel «préparateur en pharmacie» et du BTS «professions immobilières» de l’Académie Européenne de l’Immobilier.