Design industriel

Evok l’éco-design performant

Avant-gardiste à bien des égards, l’entreprise Evok, spécialisée dans le design industriel, a trouvé la recette du succès dans l’innovation et la diversification haut de gamme.

303
Sébastien Poirel, directeur d’Evok, présente l’un de ses nombreux objets hightech, ici un mixer Santos.
Sébastien Poirel, directeur d’Evok, présente l’un de ses nombreux objets hightech, ici un mixer Santos.
Sébastien Poirel, directeur d’Evok, présente l’un de ses nombreux objets hightech, ici un mixer Santos.
Sébastien Poirel, directeur d’Evok, présente l’un de ses nombreux objets hightech, ici un mixer Santos.

Entendre Sébastien Poirel, directeur de la société Evok, dépeindre sa terre natale de Lorraine, c’est s’immerger dans l’histoire de notre région : «Je baigne depuis enfant dans cette culture du beau, celle des Gallé, Majorelle, Prouvé. Tout mon parcours en est guidé.» Après un Bac littéraire puis les Beaux-Arts à Nancy, l’étudiant, qui a alors 26 ans, fait aboutir d’emblée son projet professionnel : «En 1997, au sortir de mon cursus, j’ai constaté qu’il existait peu d’opportunités dans mon secteur. J’ai créé mon entreprise : Evok.» Ses premiers travaux tiennent dans la conception d’engins agricoles et pour le BTP. La société Noremat est l’une des premières à lui faire confiance. Le jeune entrepreneur évoluera en solo jusqu’en 2001, avant d’embaucher un premier salarié. En cette fin des années 90 et ce début des années 2000, Sébastien Poirel martèle un concept, encore balbutiant, l’éco-design. Il le définit : «Nous sommes là dans l’économie circulaire. Evok donne la priorité à une démarche écologique dans les produits innovants. Il s’agit de réfléchir d’une manière globale à tous les aspects de la vie du produit, de sa création à sa fin de vie. En somme, allier esthétisme et respect de l’environnement : favoriser les circuits courts, optimiser logistique et réduire les emballages. Il m’a fallu beaucoup de patience et de pédagogie pour faire passer le message.» En 2001, Evok passe de la table à dessin à la conception assistée par ordinateur puis, deux ans plus tard, à l’usinage à grande vitesse.

Design et communication web

La société s’implante sur le Dynapôle ludréen, dans des locaux alliant esthétisme et fonctionnalité. «Pour nous, c’est l’idéal. Une zone où se trouvent les principales entreprises industrielles et un carrefour de communication, avec une connexion directe sur le Grand Nancy.», affirme le designer. De 2003 à 2007, Evok est en pleine croissance. Puis, c’est un indispensable changement de cap stratégique, sans perdre la philosophie originelle : «Nous avons vu la crise arriver un peu avant les autres. Evok n’a pas été épargnée avec une perte de chiffre d’affaires non négligeable. Dès 2010, en gardant notre cœur de métier qu’est le design industriel, nous nous sommes lancés dans la création de site internet adaptés aux besoins des entreprises industrielles. Notre expertise technique trouve toute sa dimension dans les produits proposés : webdesign, site vitrine, boutique e-commerce, plate-forme collaborative, hébergement, noms de domaines, visite virtuelle, newsletter. Faire appel à Evok dans ce créneau web, c’est utiliser les compétences de vrais professionnels, en toute sécurité.» Aujourd’hui, la part design pèse 54 % du CA d’Evok contre 46 % pour la partie stratégie-communication-web. L’entreprise, par son pari, a vu une hausse sensible de ses résultats. Les projets sont centrés sur cette volonté à poursuivre une politique de réactivité et d’innovation. Evok a aussi le regard tourné vers l’export. Sa zone de clientèle a déjà dépassé les frontières de nos quatre départements : Paris-Île-de-France, la Belgique – où Evok est agréée experte auprès de Bruxelles en design – Strasbourg. Forte d’une équipe composée de Sébastien Poirel, Ludovic Mourey, Xavier Pierrard, Jérôme Biehler, Sylvain Savouret et Vincent Mougenot, la société à l’empreinte écologique affirmée poursuit son chemin. Sébastien Poirel, imprégné de passion lorraine, se fait ambassadeur de ses couleurs : «Quand on parle de Grande région, pourquoi ne pas voir Nancy comme capitale ? Elle en a tous les atouts et un rayonnement réel.» Une question dont on n’a pas fini de débattre…