En quête de l’unique

Alain Thiebaut propose ses services dans toute opération d’achat et de vente de véhicules, avec une spécialisation dans les voitures haut de gamme et de luxe. Il s’appuie sur une expertise de longue date dans le métier et une approche mettant en avant le négoce direct de proximité. Envie d’une acquisition? La solution est sous […]

300
Alain Thiebaut développe un concept d’achat/vente/reprise automobile en réseau.
Alain Thiebaut développe un concept d’achat/vente/reprise automobile en réseau.

Alain Thiebaut propose ses services dans toute opération d’achat et de vente de véhicules, avec une spécialisation dans les voitures haut de gamme et de luxe. Il s’appuie sur une expertise de longue date dans le métier et une approche mettant en avant le négoce direct de proximité. Envie d’une acquisition? La solution est sous vos yeux.
Pas la peine de chercher au 18 de la rue Blaise Pascal, sur le site Saint-Jacques à Maxéville, un showroom ou du moins un espace où sont présentés quelques véhicules. Pourtant, c’est bien à cette adresse qu’est domiciliée l’entreprise Alain Thiebaut Automobiles. L’entrepreneur, avenant, mène son interlocuteur à l’intérieur d’un bâtiment où est situé son bureau d’affaires. Un lieu fonctionnel et dont la praticité est optimisée. Alain Thiebaut est du type homme concret, sans fard. Une personnalité qui sied au métier qu’il s’est choisi, après un parcours de trois décennies comme vendeur/représentant automobile -dont dix-sept en marques premium et haut de gamme -. En 2012, il fonde sa société éponyme. «Je prospecte pour toute personne, pour tout budget, pour toute marque. Chez moi, tout est possible !», indique-t-il. La démarche est simple. Particulier ou société en quête d’un véhicule neuf ou d’occasion le contacte. À partir d’une rencontre est établi un cahier des charges précis dessinant le profil et les caractéristiques de la potentielle voiture. À partir de ce moment, Alain Thiebaut active son dense réseau dans le milieu automobile, se met en mode itinérant, à la recherche de la «perle rare». En France comme à l’étranger. «Je suis la seule personne avec laquelle le client aura à faire. Il n’y a pas d’intermédiaire, je m’occupe de l’intégralité des opérations qui sont transparentes et confidentielles», explique-t-il. Alain Thiebaut est animé par une passion revendiquée de l’automobile : «Mon souci premier est la proximité et le relationnel. Il ne faut pas oublier que c’est la base du commerce. Aujourd’hui, une personne peut se perdre dans une recherche compliquée, et disons le, tomber sur une mauvaise affaire. Pour ma part, j’assure des modèles fiables à 100 %. Il n’y a pour l’heure rien que je n’ai pas trouvé.»
Une démarche individualisée
L’achat d’un véhicule auprès d’Alain Thiebaut Automobiles permet de bénéficier de la garantie constructeur selon l’âge du véhicule et d’extension dans le cadre d’un financement. La recherche de la voiture, sa vérification sous toutes les coutures, la gestion de l’aspect administratif : le futur acquéreur est lesté de toutes ces opérations chronophages. Il n’a qu’une chose à faire, prendre la clé de contact remis en mains propres par Alain Thiebaut. «Mon affaire repose sur un principe : un client, un véhicule, une satisfaction. Tout est unique», synthétise-t-il. Dans cette collection de voitures grandie au fil du temps, il en est quelques prestigieuses aux noms d’Audi Quatro, BMW, Porsche, Mercedes… Alain Thiebaut, de par son expérience de terrain largement éprouvée, n’a jamais oublié un précepte qui le guide tel un fil rouge dans sa destinée entrepreneuriale. «L’acquisition d’une voiture doit être un coup de coeur. Il y a là quelque chose d’affectif et de partagé avec mes clients. En leur trouvant la pièce de leur rêve, je nourris une certaine fierté, c’est vrai. Le faire sans que rien ne soit standardisé, stéréotypé, d’humain à humain. C’est gratifiant pour chacun», affirme-t-il. Quant à savoir si quelques «bijoux» de mécanique l’ont fait chavirer, Alain Thiebaut lance un sourire affirmatif. Mais, déjà, le téléphone retentit, l’extirpant de la conversation. Au bout du fil une nouvelle mission attend le professionnel.

laurent.siatka