Philippe Richert en pro-entrepreneur à Nancy

Invité des Rencontres Matinales de l’Excelsior (organisées par l’agence nancéienne Sdic Conseil) le 8 décembre, Philippe Richert, le présiden du Conseil régional du Grand Est, a affiché sa philosophie pro-entreprises. «Si nous souhaitons que notre territoire fasse plutôt envie que pitié, il est nécessaire que les entreprises s’y sentent bien et qu’elles soient réellement accompagner.» […]

326
«Gérer une région, c’est comme gérer une entreprise, il faut savoir déléguer», assure Philippe Richert, le président du Conseil régional du Grand Est.
«Gérer une région, c’est comme gérer une entreprise, il faut savoir déléguer», assure Philippe Richert, le président du Conseil régional du Grand Est.

Invité des Rencontres Matinales de l’Excelsior (organisées par l’agence nancéienne Sdic Conseil) le 8 décembre, Philippe Richert, le présiden du Conseil régional du Grand Est, a affiché sa philosophie pro-entreprises.
«Si nous souhaitons que notre territoire fasse plutôt envie que pitié, il est nécessaire que les entreprises s’y sentent bien et qu’elles soient réellement accompagner.» À l’occasion de sa venue le 8 décembre comme invité aux Rencontres Matinales de l’Excelsior à Nancy, Philippe Richert, le président du Conseil régional du Grand Est a fait le job face à un auditoire composé en grande majorité de chefs d’entreprise. «Gérer une région, c’est comme gérer une entreprise ! Il faut savoir déléguer, non pas quand cela nous arrange, mais dans l’intérêt général», assure celui qui est à la tête d’une région qui fait deux fois la Belgique et affiche aujourd’hui un budget de près de 2,8 milliards d’euros.
Première région connectée
Pas réellement d’annonces lors de ce rendez-vous matinal mais plutôt une discussion conviviale où l’on apprend tout de même que la Région entend devenir la première région connectée de France en phase, avec la volonté affichée de l’élu régional, de tout mettre en oeuvre pour garder et surtout attirer les entreprises du territoire. «C’est avec les entreprises que nous allons pouvoir réellement créer de la richesse sur notre territoire. Le fait d’être la première région connectée de France n’est pas un simple souhait, c’est tout simplement une nécessité.» Un programme qui a un coût estimé à 100 millions d’euros répartis entre la Région et les départements. Un projet parmi d’autres pour que la région Grand Est prenne réellement sa part dans la compétitivité territoriale aujourd’hui engagée et bien présente.
emmanuel.varrier