Santé: LiNote, aide-mémoire des seniors

Anthony Tresontani a initié son concept à partir d’une situation personnelle.

Lancée en 2014 par Anthony Tresontani, la start-up LiNote répond à un besoin majeur dans notre société. Celui d’améliorer l’autonomie des personnes âgées et dépendantes, en rompant leur isolement. Par une tablette adaptée aux seniors, LiNote s’adresse aussi aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Anthony Tresontani revient sur son histoire personnelle : «Pour ma grand-mère, atteinte de la maladie d’Alzheimer, un proche devait assurer le transport lors des repas de famille. Mon appréhension était réelle à mon arrivée à son domicile, craignant qu’elle ne soit pas prête. Je me suis demandé : comment soutenir une personne ayant des problèmes de mémoire sur les choses du quotidien à faire ou à se souvenir ?» Sur ce constat, en 2014, il décide de créer un appareil adapté à la problématique. Il faudra quatre ans pour parfaire la mise au point, avant le lancement. «LiNote est une tablette adaptée aux seniors, utilisable par les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. L’outil est installé au domicile de la personne présentant des troubles de la mémoire, permettant aux proches d’interagir avec elle, pour lui rappeler les gestes du quotidien et la resituer dans le temps. L’aidant principal configure l’appareil sur écran ou à distance, à partir de la plateforme web de LiNote. À aucun moment la personne âgée n’a besoin de manipuler l’appareil.» Cet aide-mémoire numérique est à la fois ergonomique et ludique : «On a voulu déconnecter LiNote d’une connotation trop médicale, la voyant davantage comme un facilitateur de la vie de tous les jours. En ce sens, le travail d’Angélique Belperin a été essentiel pour notre identité visuelle. Nous avons commencé par tester le produit auprès de 4 personnes de notre entourage.» Aujourd’hui, la start-up compte 363 clients. LiNote, ce sont plusieurs services, avec un fil rouge : tisser le lien entre personne âgée, famille, aidant.

La voix et le visage

Tout est réfléchi ici pour ne pas rompre la chaîne de dialogue et d’entraide. Première fonctionnalité : l’horloge Alzheimer, déclinée en 4 versions, avec le tableau de rendez-vous, le semainier, le post-it des choses à faire. L’agenda électronique est par ailleurs d’une grande utilité pour une prise de médicaments, le passage d’un auxiliaire de vie, un anniversaire… Les soucis de mémoire peuvent perturber le quotidien des seniors, menaçant leur maintien à domicile. De n’importe où, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, les rappels sont programmés. LiNote a une vocation de lien social. Un proche peut envoyer une photo, agrémenté d’un message. Dans la même optique relationnelle, l’appel vidéo. Le travail, la distance et l’existence trépidante ne favorisent pas toujours les visites. Bien sûr, il y a le téléphone. Avec la voix d’un proche, le senior se sent moins seul. L’appel vidéo ajoute l’apparition du visage et laisser parler l’expression. LiNote propose également un appel d’urgence, par pression sur un bouton ou sur l’écran. En définitive, cette technologie innovante permet un contrôle à distance, que l’on soit au bureau, chez soi, sur un lieu de vacances. Anthony Tresontani pilote LiNote avec Élodie : «Nous sommes en relation avec des spécialistes des personnes ayant des troubles cognitifs ou travaillant avec des personnes dépendantes. L’intérêt pour LiNote est croissant, notamment auprès des collectivités territoriales, en milieu urbain et en ruralité. Nous allons mettre en place une formation pour les aidants.» Dans ses potentialités, la start-up à la tablette solidaire trouve tout son sens humain.

Alzheimer en France

La maladie d’Alzheimer touche 900 000 personnes en France. 225 000 nouveaux cas sont décelés chaque année. Deux malades sur trois sont des femmes. Plus de 1 000 euros mensuels restent à charge du malade et de sa famille pour les traitements. En 2020, trois millions de personnes sont concernées, malades, proches et aidants.