Les seniors sont un relais entrepreneurial

En 2050, la France devrait compter 30,5 millions de personnes de plus de 50 ans. De plus en plus de seniors se lancent dans la création d’entreprise. D’autres profitent de leur expérience et de leur savoir-faire pour servir de relais aux plus jeunes dans l’entrepreneuriat. Clubs et Réseaux jouent ici un rôle déterminant.

On voit le créateur d’entreprise comme une personne relativement jeune. Et, de fait, son âge moyen actuel oscille autour de 37 ans. En revanche, on pense moins spontanément à ceux qui, à 50 ans passés, voire à l’âge de la retraite, se lancent dans l’aventure des affaires. Ces seniors entrepreneurs représentent 20 % des créateurs d’entreprise en France. Avec l’allongement de l’espérance de vie, ce dynamisme devrait croître et former une composante nouvelle de l’activité économique. De plus en plus de seniors refusent leur effacement prématuré de la vie active. Cette propension augmente avec la qualification et les responsabilités déjà exercées : 41 % des créateurs d’entreprise de plus de 50 ans sont des cadres, contre 23 % pour les créateurs plus jeunes. Les études le montrent : les seniors envisagent la création d’entreprise lestés de l’appât du gain, du goût du risque, du désir de diriger. Au-delà de construire leur propre emploi et d’en vivre autant que possible, ils pensent d’abord un projet d’existence, recherchant une activité qui procure le sentiment d’un certain accomplissement. Dans cette perspective, l’expérience, les compétences et la connaissance des milieux professionnels sont déterminantes. Ces atouts donnent une crédibilité certaine aux seniors entrepreneurs qui placent souvent la transmission de leur savoir-faire comme un objectif crucial de la création.

Un trésor d’expérience

À la lisière entre deux formes d’engagement en entreprise, celui du salarié et celui du créateur, nombre de ces seniors initient des clubs et réseaux, des associations, avec une ambition, portée par leur investissement bénévole : s’appuyer sur un réseau de retraités pour transmettre leurs compétences et expériences professionnelles aux générations futures. C’est le cas de l’association nationale Entente des Générations pour l’Emploi et l’Entreprise (EGEE), fondée voilà près de 40 ans. Elle est présente dans toutes les régions et départements, forte de 1 700 conseillers. La majorité a exercé au cours de leur carrière des responsabilités importantes dans les entreprises, l’enseignement ou le service public. Le 12 avril 2013, EGEE a été reconnue d’utilité publique. En Grand Est, elle est implantée à Colmar, Strasbourg, Mulhouse, Maxéville, Metz, Reims, Chaumont, Troyes, déclinant ses missions au plus près des territoires, tout particulièrement dans l’accompagnement aux porteurs de projets de création d’entreprise. Les bénévoles assurent un parrainage, aidant le néo-créateur à prendre les bonnes décisions techniques et stratégiques conduisant à la réussite et au développement de son entreprise. Ils vont aussi l’aider à s’adapter à de nouveaux métiers pour lui : commercial, gestionnaire, administratif, communiquant. Dans l’écosystème de la création, EGEE œuvre, à l’image de nombreuses associations et organismes de soutien à l’essor économique, proposant et offrant les compétences professionnelles de seniors en retraite prêts à s’investir sans rémunération dans le conseil et le soutien aux jeunes créateurs d’entreprises. La connaissance du terrain, les fonctions de management, les capacités de communication et d’écoute : les ex-chefs d’entreprise, ex-responsables RH, ex-directeurs ou gérants d’entreprises commerciales ou artisanales déploient ici des atouts décisifs.