3 questions à…

Carole Grandjean, députée de Meurthe-et-Moselle

Accélérées par la crise sanitaire, les plateformes numériques s’affichent comme un écosystème complexe tissant sa toile dans tous les secteurs. Une régulation apparaît nécessaire, notamment, au niveau de la protection sociale de ces travailleurs, majoritairement indépendants.

Carole Grandjean, députée de Meurthe-et-Moselle
Carole Grandjean, députée de Meurthe-et-Moselle

Vous venez de présenter, avec la députée Danièle Obono, votre rapport d’information sur la protection sociale des travailleurs des plateformes numériques. Son objectif ?

C’est une nouvelle économie en plein essor et quasiment tous les secteurs sont concernés. Elle bouleverse le marché de l’emploi en faisant appel à une nouvelle catégorie de travailleurs indépendants. Il faut la réguler !

Est-ce la protection sociale de ces travailleurs qui est en ligne de mire ?

Ces travailleurs évoluent dans des conditions très disparates. Il est nécessaire de sécuriser les relations juridiques entre les plateformes et ces travailleurs sans remettre en cause la flexibilité procurée par leur statut.

Comment y parvenir ?

En instaurant un dialogue social ! Pour que la protection sociale soit efficace, il faut garantir une plus grande transparence des algorithmes utilisés par les plateformes, améliorer la représentation des salariés, celle de l’accès à une protection social «socle» pour les travailleurs les plus vulnérables et accroître la responsabilité sociale des plateformes numériques.