3 questions à…

David Noirjean, dirigeant du cabinet So Be Us

Fraîchement certifié Qualiopi, David Noirjean, dirigeant et fondateur du cabinet So Be Us et franchisé Orient’Action à Nancy, constate les premiers effets des confinements sur la volonté d’évolution professionnelle de bon nombre. Les entreprises commencent à s’interroger sur leurs besoins en recrutement et surtout au maintien de leurs compétences en interne.

David Noirjean, dirigeant du cabinet So Be Us
David Noirjean, dirigeant du cabinet So Be Us

Votre cabinet de conseil RH vient d’être certifié Qualiopi, une bonne nouvelle ?

Cette certification fait suite à la réforme de la formation professionnelle. Elle garantit un haut niveau de satisfaction. Nous sommes certifiés pour les actions de formation, l’accompagnement à la VAE (Validation des acquis de l’expérience) et les bilans de compétences.

Ressentez-vous, au niveau de votre activité, les effets de la crise sanitaire ?

Les confinements ont entraîné certains à s’interroger sur leur avenir professionnel. Les demandes de bilan de compétences, de réorientation, se sont accélérées. Ce sont des demandes individuelles notamment de personnes voyant que leur poste pourrait disparaître.

Et au niveau des entreprises ?

Cela commence avec la prise en charge de la formation professionnelle pour celles qui ont des collaborateurs en activité partielle ! Le fait de conserver les compétences en interne, d’en trouver de nouvelles devraient engendrer des demandes en matière de GPEC (Gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences).